Répartition des notes

1/5
2/5
3/5
4/5
5/5

Répartition par type

Derniers achats

À propos

Inscription 15 avril 2016
Age 42 ans
Sexe Homme

Statistiques

42 achats prévus

Réseau

Activité récente

Blondin
il y a 12 jours

These Savage Shores

Tome 0 :

Auteurs
Ram V
Vitorio Astone
Sumit Kumar
Édition
Hicomics - 19 août 2020
Format
176 pages
EAN
978-2-3788-7160-4
Note moyenne
(4 votes)
Votre vote

Cet album arrivé sans coup férir va marquer cette rentrée BD tant il semble exempt de défauts et inspiré par la grâce! Les histoires de vampires ont généralement du mal à sortir du lot de par des intrigues ultra formatées et basées sur l’éternel duo Eros/Thanatos. Le début de l’histoire laisse craindre cela avec un jeune vampire contraint de fuir sur un navire, terrifiant l’équipage en référence à l’originel roman de Bram Stoker qu’a brillamment adapté Georges Bess l’an dernier. La présence d’un redoutable chasseur de vampire fait penser que l’on va avoir droit à une chasse orientale assez classique mais plutôt bad-ass… pour immédiatement être décontenancé par la tournure de l’intrigue.[...] Lire la critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/09/05/these-savage-shores/
Blondin
il y a 2 mois

L'Atelier des Sorciers

Tome 1 : Tome 1

Auteurs
Kamome Shirahama (Scénario)
Kamome Shirahama (Dessin)
Fédoua Lamodière (Traduction)
Édition
Pika - 7 mars 2018
Format
208 pages
EAN
978-2-8116-3877-1
Note moyenne
(11 votes)
Votre vote

Je viens de le lire dans la bibliothèque de ma fille et j'ai été enchanté (!) par les dessins et une histoire et personnages qui, s'ils ne sont pas fondamentalement originaux, nous accrochent. Un série que je vais suivre et qui est proche du coup de cœur (et je suis difficile en mangas).
Blondin
il y a 2 mois
Blondin a commenté l'album Harleen (One-shot)

Harleen

Tome 0 : Harleen

Auteurs
Stjepan Sejic (Scénario)
Stjepan Sejic (Dessin)
Édition
Urban Comics - 12 juin 2020
Format
224 pages
EAN
979-1-0268-1606-5
Note moyenne
(5 votes)
Votre vote

Attention chef d'oeuvre!.. Lire la critique sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/04/harleen/
Blondin
il y a 2 mois

Le Château des étoiles

Tome 5 : De Mars à Paris

Auteurs
Alex Alice (Scénario)
Édition
Rue de Sèvres - 10 juin 2020
Format
72 pages
EAN
978-2-8102-0470-0
Note moyenne
(8 votes)
Votre vote

Pour les lecteurs de Gazette, ce volume comprend les épisodes 13 à 16 de cette dernière, parus à partir de janvier. Nouveauté impactant la parution en albums, l’arrivée d’une « édition internationale » de la gazette associant la BD d’Alice avec un spin-off sur l’expédition française de Vénus compliquera un peu la périodicité. La série voit son troisième cycle commencer dans cet album… à mi parcours puisque les gazettes 13 et 14 clôturent le cycle II (j’y reviens). La fabrication made in Rue de Sèvres est comme toujours parfaite avec ces désormais célèbres couvertures reprenant l’esprit des Voyages extraordinaires de Jules Verne aux éditions Hetzel avec un effet simili-toilé et un vernis sélectif. Les précédents cycles occupaient deux tomes chacun, on peut gager que ce sera également le cas ici…? Alors que je pensais la série partie pour quelques volumes seulement, quelques éléments de contextes dans les gazettes et des allusions graphiques à Bismarck annonçaient progressivement une vraie saga qui semble boucler sa boucle ici avec ce début de troisième cycle, après que Séraphin et ses amis aient visité la Lune, puis Mars et reviennent donc sur une Terre bien changée. Ce volume est surprenant en ce que sa première moitié conclue les aventures martiennes, avec des tonalités et un décors très marqués. La chute, très brutale, inattendue et un peu bancale en ce que l’auteur rate un peu cet acmé de l’intrigue pour nous ramener sur Terre en une page tournée, donne l’impression qu’il n’a pas su comment assurer la transition entre ces aventures extra-terrestres et un retour à la dimension plus politique et rocambolesque des débuts. Car la seconde moitié, qui avance très vite, propose son lot de grandiose graphique et d’action effrénée permise par l’Ether, cette étonnante trouvaille de l’auteur qui donne une teinte désuète et historique si particulière à son œuvre. La série a grossit à mesure du succès et des envies de l’auteur et les gazettes indiquaient assez tôt l’idée d’exploration de Vénus. Alice a eu la bonne idée de ne pas diluer son intrigue principale dans un nouvel arc vénusien qui aurait probablement été redondant et de confier ce développement à une autre équipe pour achever son récit principal, probablement au prochain tome. On découvre ainsi l’empereur Napoléon III qui comme les autres grands personnages historiques n’est pas manichéen. Assez crédible il incarne la légère dose de réalisme historique qui donne un poids certain à la série. Si l’arc martien pour exotique qu’il était perdait un peu la densité dramatique, ce cinquième tome revient à une grande efficacité avec une structure ambitieuse en trois temps (maintenant-avant- maintenant) et notamment le personnage de la journaliste, très réussi et qui apporte de la nouveauté. Une dernière remarque sur le format album qui en compactant légèrement les dessins et les posant sur du papier brillant renforce les traits et les couleurs et me font dire qu’il est graphiquement supérieur au format gazette. Cette série est décidément une sacrée aventure éditoriale et une immense réussite de l’ambitieux éditeur Rue de Sèvres en intégrant directement les éditions à l’intérêt de la série, chaque format ayant ses avantages et ses inconvénients. Si vous privilégiez les dessins optez pour les formats album (éditions classique et grand-format), si le background vous importe plus l’édition gazette est résolument plus développée. A moins que l’éditeur décide un jour de sortir une édition ultime (intégrale?) intégrant le rédactionnel, vous êtes contraints de faire un choix… ou de tout acheter, ce qui n’est absolument pas dramatique étant donnée l’honnêteté des propositions de Rue de sèvres. Lire sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/11/le-chateau-des-etoiles-5/
Blondin
il y a 2 mois
Blondin a commenté l'album Le Convoyeur - 1. Nymphe

Le Convoyeur

Tome 1 : Nymphe

Auteurs
Dimitri Armand (Couleurs)
Dimitri Armand (Dessin)
Tristan Roulot (Scénario)
Édition
Le Lombard - 26 juin 2020
Format
56 pages
EAN
978-2-8036-7575-3
Note moyenne
(24 votes)
Votre vote

L’art de Dimitri Armand a éclaté aux yeux du grand public sur son western Sykes, bientôt suivi par Texas Jack, tout aussi réussi. Maître dans la lignée des encreurs puissants, Armand s’épanouit dans le genre western qui permet de belles barbes (son tic), des matériaux nobles et des paysages naturels grandioses. Tristan Roulot ne s’y est pas trompé lorsqu’il lui a proposé un projet post-apo dont la coloration entre époque des colons américains et Moyen-Age semble bien connue. Le scénariste de Hedge Fund (où le personnage est déjà un anti-héros assez noir) avait proposé le très bon Arale, dystopie soviétique teintée de magie et de rouille avec le dessinateur du carton La Bombe. Ces caractères des deux auteurs se retrouvent parfaitement dans le Convoyeur pour un résultat tout à fait surprenant. Ce premier tome du Convoyeur nous transporte, si vous me passez l’expression, dans un monde sombre mais dont les codes sont familiers: la dévastation des corps et des esprits, fort bien reflétée par le wasteland servant de décor, nous ramène de façon rassurante au maître-étalon du genre qu’est Mad Max, tandis que le héros vagabond, outre le fameux Road Warrior, peut davantage nous évoquer, parce qu’il a un but qui lui est propre, le héros éponyme du Livre d’Eli. L’intrigue est suffisamment vitaminée pour nous tenir en haleine tout en instillant des enjeux encore obscurs, et donc susceptibles de piquer notre curiosité de lecteur en prévision des autres tomes: d’où vient la Rouille ? Quels sont les desseins et les origines du Convoyeur ? Sous une forme classique les auteurs ont réussi à poser un background qui nous titille, entre cette Eglise itinérante tout aussi terrible pour les « déchus » que garante d’ordre. Comme les commanditaires du Convoyeurs, d’abord vus comme les bons, nous découvrons que les dessins des hommes sont plus gris que clairs. Avec une intrigue assez ténue on est suffisamment accrochés pour avoir très envie de connaître le rôle réel de ce personnage dans un monde où la morale est bien différente de la notre. Nous sommes donc ici face au premier tome portant en lui les prémisses d’une série qui s’annonce passionnante, une saine lecture pour quiconque prévoit de se prélasser sur le sable de nos plages estivales ! Lire sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/15/le-convoyeur-1-nymphe/
Blondin
il y a 3 mois

Le Garçon Sorcière

Tome 2 : La Sorcière secrète

Auteurs
Molly Knox Ostertag (Scénario)
Molly Knox Ostertag (Dessin)
Édition
Scholastic - 3 juillet 2020
Format
224 pages
EAN
978-1-4431-7494-7
Note moyenne
(1 vote)
Votre vote

Ce second volume évite la redondance en décentrant la focale de la famille d’Aster pour découvrir ce qu’il se passe dans la ville et l’envie de normalité du cousin Sedge qui souhaite poursuivre une scolarité classique. Le thème des communautés est assez étranger pour des lecteurs occidentaux et pourra intriguer de jeunes lecteurs chez nous. On aborde également les difficiles relations entre adolescents, le personnage de Charlie marquant en roc de joie de vivre et d’empathie spontanée. On découvre par son biais un discours humaniste sur le libre arbitre par rapport à la norme familiale et sociale, les relations garçons/filles, parents-enfants, avec un fil conducteur depuis le tome précédent sur la colère poussant à la corruption de l’âme et empêchant les relations humaines. Depuis le premier tome je suis impressionné par un projet qui propose une formidable ouverture à la différence (raciale, sexuelle, identitaire,…) avec une très grande humanité et simplicité. Ce n’est vraiment pas courant en littérature jeunesse et on ne saura trop remercier l’éditeur Kinaye pour la qualité de son travail de prospection de projets tous très différents dans son catalogue. Ostertag crée une vraie appétence pour ces personnages et on lit très facilement ces gros volumes avec hâte d’en connaître la conclusion l’année prochaine![...] Lire la suite sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/10/le-garcon-sorciere-2/
Blondin
il y a 3 mois
Blondin a commenté l'album Lazarus - 7. Risen

Lazarus

Tome 7 : Risen

Auteurs
Michael Lark (Dessin)
Santiago Arcas (Couleurs)
Greg Rucka (Scénario)
Édition
Glénat - 10 juin 2020
Format
176 pages
EAN
978-2-3440-3564-1
Note moyenne
(6 votes)
Votre vote

Le précédent volume commence à remonter puisque ma critique date d’un an et demi… Je n’ai pas lu le tome noté « 6 » chez Glénat, qui reprenait des épisodes spin-off apparemment peu intéressants. L’intrigue reprend donc bien au tome « 7 ». A noter que le nouveau cycle est sous-titré « Risen » chez l’éditeur original Image, Glénat ayant choisi de maintenir une continuité de tomaison. Espérons que cela n’oblige pas dans quelques volumes à une révision de la maquette sur les réeditions… --------------- Alors que la guerre des familles s’intensifie Forever noue un pacte avec sa sœur pour enfin rencontrer son clone. La défaite contre le Dragon a marqué les esprits et les alliances se font et se défont dans un monde sur le point de basculer… ---------------- Est-ce le fait d’avoir attendu un temps inhabituel entre le précédent opus et celui-ci? Le fait est que cette reprise, si elle est plus que jamais marquée du sceau de l’action (entre intervention commando hyper-technologique et affrontement primaire entre lazares), semble patiner un peu dans la résolution de l’affrontement géopolitique. Le nouveau contexte marqué par un réequilibrage interne à la famille est désormais connu mais les aller-retours géographiques avec des informations temporelles assez absentes pour le lecteur ne facilitent pas la compréhension. Une carte des noms des clans en début d’album aiderait grandement à contextualiser de qui on parle car dans ces discussions stratégiques on est un peu perdu. De même, le changement de coiffure de Forever rend parfois compliquée la lecture des actions entre des soldats tous harnachés de combinaisons de storm-troopers. Le style de Michael Lark peut diviser, personnellement j’ai du mal depuis le début de la série, ce qui ne m’empêche pas de’apprécier l’excellent scénario, très sombre, froid et psychologique de Greg Rucka. Hormis cela on assiste à des assassinats violents, à l’apparition de la matriarche Carlyle, au retour du Dragon et aux incidences de la guerre sur les populations civiles. On attend toujours la série Amazon qui devrait propulser encore plus haut cette série dans la popularité geek et il faut reconnaître une solidité indéniable dans la progression dramatique (un peu lente….?) et des personnages forts. L’univers de Lazarus est noir, très très noir. Gageons que cette « résurrection » soit un chemin vers la lumière. Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/03/lazarus-7/
Blondin
il y a 3 mois

Léna

Tome 3 : Léna dans le brasier

Auteurs
Pierre Christin (Scénario)
André Juillard (Dessin)
André Juillard (Couleurs)
Édition
Dargaud - 24 janvier 2020
Format
56 pages
EAN
978-2-2050-8474-0
Note moyenne
(12 votes)
Votre vote

Étonnante non-série que ce triptyque autour du personnage de Léna, dont le scénariste Pierre Christin, connu pour sa rareté et l'intelligence de ses textes semble développer la biographie progressivement, de façon non préméditée. Nous l'avions connue endeuillée et recherchant un sens à sa vie dans le premier ouvrage qui date déjà de quatorze ans! Puis elle avait été enrôlée comme agent infiltré pour les services de renseignements. Comme un aboutissement après un second volume imparfait, la voici au cœur du Brasier, au cœur des négociations secrètes qui doivent déterminer de la paix alors que personne ne semble franchement désireux de résoudre ce conflit. Le risque de la caricature était grand, Christin y tombe un peu avec ces gros lutteurs post-soviétiques et cet iranien passé maître des coups d'éclat. Mais la série Le Bureau des légendes est passé par là et a redistribué les bases des histoires d'espionnage. Du coup le jeu de chacun deviens subtile et subtilement mis en scène par le trait toujours si élégant d'André Juillard. La caractéristique de la série c'est le contemplatif, là où le dessinateur excelle. Ainsi les pensées intérieures dominent les dialogues et l'on suit cette hôtesse de luxe sans vraiment être jusqu'au bout sur qu'elle est un agent infiltré. Au regard des précédents volumes c'est probable, au regard du personnage il n'est pas exclu qu'elle ait entamé une autre vie... Ainsi on navigue dans ce théâtre d'ombres à la suite de Léna, où les problématiques techniques de la résolution du conflit ne seront que survolées pour nous intéresser plutôt aux personnages, à ces profiles qui en disent long des pays et de leur diplomatie. Si le scénario traite partiellement d'une situation fictive (on est quand-même en Syrie), Christin veut tout de même parler du monde d'aujourd'hui. Les marqueurs empruntés à la Guerre froide et au monde décolonisé sont là, nous disant la permanence universelle des motifs de conflit (le plus souvent religieux!) mais nous rappelant immédiatement à l'actualité des pages internationales des journaux. Léna dans le Brasier n'est pas un thriller géopolitique mais bien un théâtre diplomatique marqué par la modernité des créations récentes sur le sujet. Abordant ce qui le passionne (la géopolitique) avec le style qu'on lui connait, Pierre Christin propose à son compère André Juillard le plus bel album de la trilogie, sans doute le dernier... a moins que les deux hommes ne puissent de séparer de ce fascinant personnage dont le mutisme grandit le mystère intérieur. Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/01/lena-dans-le-brasier
Blondin
il y a 3 mois
Blondin a commenté l'album Uncle Sam (One-shot)

Uncle Sam

Tome 0 :

Auteurs
Alex Ross (Dessin)
Steve Darnall (Scénario)
Édition
Semic - 12 juin 2001
Format
96 pages
EAN
978-2-9140-8236-5
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

Ma récente lecture du plutôt réussi Strange fruit m'a donné envie de me replonger dans les ouvrages du grand Alex Ross, chef de file de l'école hyper-réaliste des comics de super-héros et peut-être le plus iconique des dessinateurs de l'écurie DC. Connu pour ses deux plus grands ouvrages, le mythique (et encyclopédique...) Kindgome Come et donc, cet Uncle Sam. Ce dernier arrive assez tôt dans la carrière de Ross et a le grand mérite de se présenter comme un véritable roman-graphique, relativement court, qui marque le style de Ross avec cette colorisation directe et ce très grand sens de la mise en scène. Surtout, il nous dispense d'un côté kitsch que revêt l'oeuvre d'Alex Ross de part son style, son rattachement exclusif aux héros classiques de DC et au Golden Age. Résumer l'intrigue d'Uncle Sam est ardu mais surtout inutile car il s'agit d'un concept, d'une allégorie visant à faire parcourir par l'Oncle Sam, l'âme de l'Amérique, l'histoire de son pays, des idéaux de la guerre d'indépendance aux renoncements et perversions qui ont abouti à une corruption généralisée des âmes et des esprits... Véritable pamphlet politique d'une même force que les films de Michael Moore, cet album est exigeant (comme tous les ouvrages d'Alex Ross du reste...) en ce que sa narration encrée dans un délire fait d'aller retours entre la mémoire du personnage et ce qu'il observe de nos jours insère alterne pensées et bruits erratiques de ce qui l'entoure. Sous la forme d'un vieux clochard décrépi et halluciné, Oncle Sam subit chaque violence du quotidien comme un choc qui le ramène à ce que devait être l'Amérique et à une déviance qui a finalement commencé très tôt... dès les premières escarmouches avec les anglais! Les auteurs ont un propos très dur sur ce qu'est devenu leur pays et cela a d'autant plus de force que la carrière du dessinateur s'est faite entièrement sur l'iconographie nationaliste des super-héros de l'Age d'Or et leur idéal de justice et de droiture. Si certains passages sont évidents (on assiste à l'assassinat de Kennedy à la Ford Hunger March de 1932 qui vit la police tirer sur une manifestation d'ouvriers Ford ou l'attentat d'Oklahoma city), d'autres nécessitent une bonne connaissance de l'histoire américaine. Chacun prendra ce qu'il peut mais l'essentiel du propos (sublimement mis en images cela va sans dire) reste très clair. Sur la dernière partie Sam entame un dialogue avec sa version féminine, Columbia, incarnant l'Etat, avec la pauvre Marianne française aussi désespérée que lui par ce qu'est devenue sa République ou encore l'ours soviétique aussi mal en point que les autres, avant de rencontrer ce que les américains ont fait de lui, sorte de pendant négatif mettant face à face l'idéal et la réalité du mythe américain... (Re)lire aujourd'hui Uncle Sam donne une portée assez sidérante lorsqu'on mets en parallèle l'Amérique de Trump, considéré par beaucoup comme la pire présidence de l'histoire du pays, et cet album qui aurait pu sortir aujourd'hui alors qu'il a vingt ans... Cet écart renforce le propos de l'ouvrage qui nous assène que l'Amérique est un mythe mort-né et que les tragiques épisodes de son histoire ne sont pas des incidents mais la logique directe des choix politiques de générations de dirigeants avec la complicité passive d'une population qui préfère lire des BD de super-héros en slip plutôt que de s'interroger sur la manière de reprendre les rennes de ce navire à la dérive... Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/06/19/uncle-sam
Blondin
il y a 4 mois
Blondin a commenté l'album Ajin - 1. Tome 1

Ajin

Tome 1 : Tome 1

Auteurs
Tsuina Miura (Scénario)
Gamon Sakurai (Dessin)
Karine Rupp-Stanko (Traduction)
Édition
Glénat - 1 juillet 2015
Collection
Seinen
Format
228 pages
EAN
978-2-3440-0744-0
Note moyenne
(11 votes)
Votre vote

numérique
Blondin
il y a 5 mois

La Ballade du Soldat Odawaa

Tome 0 : La ballade du soldat odawaa

Auteurs
Cédric Apikian (Scénario)
Walter Pezzali (Couleurs)
Christian Rossi (Dessin)
Édition
Casterman - 30 octobre 2019
Format
88 pages
EAN
978-2-2031-7222-7
Note moyenne
(15 votes)
Votre vote

Pour son nouvel album, le vétéran Christian Rossi s’est associé à un nouveau venu dans le clan des scénaristes. Après son épisode sur les amazones que j’avais personnellement trouvé assez moyen scénaristiquement c’est une bonne nouvelle et je dois dire que le courant semble être passé excellemment entre les deux lorsque l’on regarde le rendu final, un one-shot sur un concept du reste assez classique mais à la construction complexe loin d’être évidente. Le Front français de 1915 est noir comme une nuit éternelle. Dans cet enfer les soldats allemands le redoutent plus que l’assaut, plus que la mort. On le dit partout, capable de vous attraper où que vous soyez. Il serait immortel, envoyé par le diable même. Est-ce un soldat? On l’appelle Odawaa. L’ouvrage est présenté comme un western et je dois dire qu’il en revêt les thèmes et l’aspect mythique, presque fantastique. Le théâtre du front de 14/18 a beaucoup été abordé en BD, souvent de façon historique, parfois de façon fantastique, le plus souvent dans une veine lovecraftienne compréhensible et qui semble beaucoup inspirer les scénaristes. Ici le référent serait plutôt l’excellent Cinq branches de coton noir sorti début 2018 et qui utilisait cette fois la seconde guerre mondiale pour envoyer un commando noir derrière les lignes allemandes pour récupérer le premier drapeau de la Nation libre américains, aux mains d’un officier nazi collectionneur de reliques… On retrouve dans Odawaa l’idée du commando indigène (des indiens canadiens formant une équipe de snipers redoutables), la noirceur visuelle semblant reprendre la forme du « duel » final d’Apocalypse now, mais surtout l’aspect indéterminé: jamais nous ne savons si nous sommes dans un cauchemar, maintenant, avant, dans le réel ou non. Car le cœur de l’album est bien la figure d’Odawa, fantôme de terreur dont l’ombre parcourt subrepticement les pages de l’album comme les chants poétiques récités par son officier. [...] Lire la suite sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/04/29/la-ballade-du-soldat-odawaa/
Blondin
il y a 1 an

Shi (Dargaud)

Tome 4 : Victoria

Auteurs
Benoît Drousie (Scénario)
José Homs (Dessin)
Édition
Dargaud - 24 janvier 2020
Format
56 pages
EAN
978-2-5050-8096-1
Note moyenne
(30 votes)
Votre vote

Fin de cycle. Il faudra voir le prochain pour faire le lien mais c'est vrai que des pistes sont lancées sans qu'on sache bien le pourquoi...
Blondin
il y a 1 an
Mille merci pour ce travail de fou que représente BDphile, un outil vraiment vraiment de niveau pro qui n'a rien à envier à d'autres payants. Quand on pourra ajouter un album en scannant l'isbn ce sera absolument parfait. ET merci à la communauté qui nettoie tout ça et alimente. Je m'efforce de mettre des critiques de temps en temps ou de corriger ce qui me saute aux yeux, bien peu. Longue vie à BDphile!
Blondin
il y a 1 an

Largo Winch

Tome 22 : Les Voiles Écarlates

Auteurs
Bertrand Denoulet (Couleurs)
Philippe Francq (Couleurs)
Philippe Francq (Dessin)
Éric Giacometti (Scénario)
Olga Shepovalnikova (Traduction)
Jean Van Hamme (Adapté de)
Édition
Dupuis - 15 novembre 2019
Collection
Dupuis "Grand Public"
Format
48 pages
EAN
979-1-0347-3103-9
Note moyenne
(46 votes)
Votre vote

Décu par ce premier cycle post-Van Hamme. Ca reste très bien dessiné, intéressant et parfois drôle, mais on perd clairement la fluidité des explications sur le monde de la finance pour quelque chose de pointu qui devient moins grand public. J'espère que le scénariste corrigera le tir par la suite car pour le coup Largo Winch perd le statut de BD indispensable. Dommage.
Blondin
il y a 1 an

Le Scorpion

Tome 12 : Le Mauvais Augure

Auteurs
Stephen Desberg (Scénario)
Enrico Marini (Dessin)
Édition
Dargaud - 15 novembre 2019
Format
64 pages
EAN
978-2-5050-7086-3
Note moyenne
(31 votes)
Votre vote

Même chose. Le 11 était un des meilleurs de la série, relançant superbement avec le nouveau méchant assassin. Quelques années d'attente pour un album qui ne clôture pas vraiment sans non plus relancer avant la reprise par le dessinateur Luigi Critone. Il faut savoir terminer une série, même les meilleures...
Blondin
il y a 1 an

Jusqu'au dernier

Tome 0 : Jusqu'au dernier

Auteurs
Jérôme Félix (Scénario)
Paul Gastine (Dessin)
Paul Gastine (Couleurs)
Édition
Bamboo - 30 octobre 2019
Format
72 pages
EAN
978-2-8189-6700-3
Note moyenne
(51 votes)
Votre vote

Un véritable chef d'oeuvre tant graphique que scénaristique. Un très grand western, une énorme claque BD, la BD de l'année pour moi... Lire ma critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/10/30/jusquau-dernier/
Blondin
il y a 2 ans

U.C.C. Dolores

Tome 1 : la trace des nouveaux Pionniers

Auteurs
Didier Tarquin (Couleurs)
Didier Tarquin (Dessin)
Didier Tarquin (Scénario)
Lyse Tarquin (Dessin)
Lyse Tarquin (Couleurs)
Lyse Tarquin (Scénario)
Édition
Glénat - 9 janvier 2019
EAN
978-2-3440-3440-8
Note moyenne
(46 votes)
Votre vote

Comme souvent Glénat sort la grosse artillerie com' pour le passage du dessinateur de Lanfeust... dont on se demandait quand il accepterait de changer d'air après vingt-cinq ans à dessiner les aventures du rouquin forgeron. Malgré ce confort Tarquin a toujours su faire évoluer son style de dessin, chose que j'apprécie chez un dessinateur même si parfois ce n'est pas pour le mieux. Tarquin travaille depuis le début de Lanfeust Odyssey avec son épouse Lyse sur les couleurs, qui s'en sort très bien en étant relativement sobre en effets spéciaux et autres halos numériques coutumiers chez les coloristes de SF/fantasy. Si UCC Dolores est son premier album "solo", il a déjà produit des scénarios de séries chez Soleil, notamment avec Tony Valente, l'auteur du génial Radiant. Et donc UCC Dolores ça donne quoi? Je dois dire que le pitch ressemble énormément à une des très bonnes séries SF de ces dernières années, Warship Jolly Rogers. Et si la réalisation est impeccable et sent l'expérience, niveau scénario l'absence du vieux routier Arleston se ressent avec une certaine imprécision sur ce qu'est cette série, les pistes visées par Didier Tarquin. Le gros bras qui accompagne la rouquine sortie du couvent est efficace tout comme les méchants et surtout le mécano du navire, sorte de Wolverine mutique particulièrement réussi. L'héroïne en revanche subit le même syndrome que Lanfeust à ses débuts, à savoir être finalement le side-kick de ses acolytes... paradoxal. Le mystère principal repose sur le vaisseau lui-même qui sur ce premier tome est étonnamment normal. En conclusion je dirais que pour les fans de Tarquin la lecture se tente (surtout que l'intrigue est prévue en trois tomes pour le premier cycle, ce qui est raisonnable), pour les autres, la comparaison avec la série de Montllo et Runberg est en défaveur de l'UCC Dolorès. C'est un peu lent à démarrer même si l'univers à la Starwars et le design général restent agréables. Essai pas vraiment transformé et on attend la suite pour se prononcer. Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/02/27/ucc-dolores
Blondin
il y a 2 ans

XIII

Tome 13 : L'Enquête Deuxième partie

Auteurs
Philippe Xavier (Dessin)
Jean Van Hamme (Scénario)
William Van Cutsem (Dessin)
Édition
Dargaud - 30 novembre 2018
Format
32 pages
EAN
978-2-5050-7267-6
Note moyenne
(28 votes)
Votre vote

Nul, passez votre chemin, il n'y a rien à prendre dans cet objet mal écrit, presque sans illustrations originales et dont on ne comprend pas même le projet. Indécent.
Blondin
il y a 2 ans
Blondin a obtenu un nouveau badge

Guide averti

50 commentaires
Blondin
il y a 2 ans

Azimut

Tome 4 : Nuées noires, voile blanc

Auteurs
Wilfrid Lupano (Scénario)
Jean-Baptiste Andréae (Dessin)
Édition
Vents d'Ouest - 10 janvier 2018
Format
48 pages
EAN
978-2-7493-0848-7
Note moyenne
(27 votes)
Votre vote

Bonjour, pour info ma critique de ce volume est disponible ici: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/03/28/nuees-noires-voile-blanc/ Un très bon album, à l'image de tous les autres opus de cette très très grande série. Je plussoie donc, oui, Lupano est génial!
Protection des mineurs

Attention, la page que vous souhaitez consulter contient des visuels réservé aux personnes majeures.

En cliquant sur OUI, J'AI PLUS DE 18 ANS, vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

  • Je suis majeur et averti du caractère érotique des images sur cette page.
  • Je certifie ne pas le faire connaître à des mineurs et m'engage à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher un mineur d'utiliser mon ordinateur pour parvenir sur cette page.
  • Je décharge l'éditeur de ce site de toute responsabilité si un mineur vient à accéder sur ce site par négligence de ma part de quelque manière possible.
Connexion