Répartition des notes

1/5
2/5
3/5
4/5
5/5

Répartition par type

Derniers achats

À propos

Inscription 15 avril 2016
Age 43 ans
Sexe Homme

Statistiques

43 achats prévus

Réseau

Activité récente

Blondin
il y a 1 mois
Blondin a marqué la série Le Livre des Merveilles comme incontournable
Blondin
il y a 1 mois
Blondin a commenté l'album Blue Period - 1. Tome 1

Blue Period

Tome 1 : Tome 1

Auteurs
Nathalie Lejeune (Traduction)
Tsubasa Yamagushi (Dessin)
Tsubasa Yamaguchi (Scénario)
Édition
Pika - 20 janvier 2021
Collection
Pika Seinen
Format
228 pages
EAN
978-2-8116-4538-0
Note moyenne
(1 vote)
Votre vote

Série qui me faisait très envie de par le sujet (la peinture et son apprentissage) et une superbe couverture, je remercie Pika pour ce nouveau partenariat qui me permet de découvrir un album qui a énormément fait parler de lui sur les réseaux sociaux à sa sortie et qui a raflé plusieurs prix importants au Japon. Et pour cause puisque cette introduction est tout à fait prenante en plus d’être (surprise pour moi) tout à fait pédagogique. Sur des dessins assez épurés au trait fin que j’attendais un peu plus impressionnants, l’auteur nous surprend d’entrée de jeu en brisant le modèle du manga de lycée avec un héros qui n’est non pas introverti mais plutôt la star du lycée, beau, brillant dans toutes les matières, parfaitement socialisé et curieux qui plus est. Le gendre idéal! Mine de rien ça change des habitudes et attise tout de suite l’intérêt en posant un récit très positif qui cherche plus à creuser la naissance d’une passion que d’appuyer le pathos. Le récit nous perturbe également en proposant un personnage de travesti qui semble parfaitement inséré dans son milieu, si bien qu’on doute tout le long d’avoir bien compris qu’il s’agit d’un garçon à l’apparence d’une fille. Dans un Japon aux codes conservateurs on se surprend à tiquer avec nos codes occidentaux sur cette normalité inhabituelle… De façon très posée, simple, le héros va donc d’abord découvrir les émotions graphiques puis le club d’arts plastiques où une professeur passionnante va délicatement lui ouvrir l’esprit, ce qui va éveiller en lui la possibilité de s’inscrire dans une université de beaux-arts alors que la voie lui était tracée vers une école d’élite scientifique. Cela permet de jolis passages de vulgarisation qui parlera aux amateurs de manga en les titillant sur leur consommation qui pourrait déboucher sur de la création, pour peu qu’ils aient envie de s’entraîner sur des techniques simples mais qui nécessite un travail comme toute autre discipline. Une très belle introduction, très maîtrisée, qui a tout dans sa besace pour devenir une grande série. Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/13/manga-en-vrac-8/
Blondin
il y a 2 mois
Blondin a obtenu un nouveau badge

Hannibalecteur

Collection > 1 000 albums
Blondin
il y a 4 mois

My Broken Mariko

Tome 0 :

Auteurs
Waka Hirako (Scénario)
Waka Hirako (Dessin)
Alex Ponthaut (Traduction)
Édition
Ki-oon - 28 janvier 2021
Collection
Ki-oon Seinen
Format
210 pages
EAN
979-1-0327-0779-1
Note moyenne
(1 vote)
Votre vote

Sur le suicide, sujet particulièrement sensible au Japon, il y a deux approches possibles. Celle de Guillem March l'an dernier était fantastique et allégorique en se concentrant sur la suicidée. Celle de Waka Hirako se focalise sur celle qui reste, Tomoyo. la sensibilité de cette histoire est surprenante d'autant que l'autrice n'y va pas par quatre chemins: Mariko a eu une vie brisée par un père dément d'alcool, victime de violences quotidiennes, de viol incestueux et bien entendu de harcèlement psychologie culpabilisateur… Un cocktail tristement classique dans ce genre de cas et l'on comprend vite que ce suicide est un soulagement pour la victime. le manga n'aborde pas le pourquoi ni les raisons familiales et sociétales de ce phénomène mais se concentre sur le souvenir de la disparue et la difficulté à accepter la réalité du deuil par son amie. le scénario prend ainsi la forme d'un road-story nerveux où le trait hargneux, comique et subtile selon les séquences, accompagne magnifiquement une traversée de l'esprit fiévreux de Tomo qu'il nous est proposé d'accompagner.[...] Lire la suite sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/01/30/my-broken-mariko/
Blondin
il y a 4 mois

Les Vieux Fourneaux

Tome 6 : L'Oreille bouchée

Auteurs
Jérôme Maffre (Couleurs)
Paul Cauuet (Dessin)
Wilfrid Lupano (Scénario)
Édition
Dargaud - 6 novembre 2020
Format
57 pages
EAN
978-2-5050-8336-8
Note moyenne
(62 votes)
Votre vote

Toujours aussi drôle et sympathique. Les BD d'humour politique ne sont pas si nombreuses et quand l'écriture et le dessins sont à ce niveau, pourquoi bouder? La critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/01/08/les-vieux-fourneaux-6/
Blondin
il y a 4 mois
Blondin a commenté l'album Inhumain (One-shot)

Inhumain

Tome 0 :

Auteurs
Denis Bajram (Scénario)
Thibaud De Rochebrune (Dessin)
Valérie Mangin (Scénario)
Thibaud De Rochebrune (Couleurs)
Édition
Dupuis - 2 octobre 2020
Collection
Aire Libre
Format
94 pages
EAN
979-1-0347-3302-6
Note moyenne
(20 votes)
Votre vote

Idée sympa, beaucoup de petits problèmes soit graphiques soit scénaristiques, qui empêchent d'en faire une grande BD SF. Mais l'intention est là. A réserver aux fanas de Bajram (attention il n'est pas aux dessins) et de SF.
Blondin
il y a 4 mois

Carbone & Silicium

Tome 0 :

Auteurs
Mathieu Bablet (Scénario)
Mathieu Bablet (Dessin)
Édition
Ankama - 28 août 2020
Format
304 pages
EAN
979-1-0335-1241-7
Note moyenne
(42 votes)
Votre vote

COmplexe, clivant sur les dessins, mais la structure du scénario, la lenteur très bien gérée et les réflexions sur l'Intelligence artificielle et l'Humanité sont fascinantes. Un grand album, pour peu que vous accrochiez aux dessins. La critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/09/16/carbone-silicium/
Blondin
il y a 4 mois

Raven (Lauffray)

Tome 1 : Nemesis

Auteurs
Mathieu Lauffray (Scénario)
Mathieu Lauffray (Dessin)
Mathieu Lauffray (Couleurs)
Édition
Dargaud - 5 juin 2020
Format
54 pages
EAN
978-2-2050-7986-9
Note moyenne
(26 votes)
Votre vote

Assez décevant niveau scénario. Question graphique on connais Lauffray et son expérience sur Valérian donne des séquences humoristiques (voir clownesques) assez réussies. La critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/29/raven-1-nemesis/
Blondin
il y a 4 mois

Il faut flinguer Ramirez

Tome 2 : Acte 2

Auteurs
Nicolas Petrimaux (Dessin)
Nicolas Petrimaux (Scénario)
Édition
Glénat - 2 décembre 2020
Format
192 pages
EAN
978-2-3440-1874-3
Note moyenne
(59 votes)
Votre vote

(presque) aussi bon que le premier, la découverte en moins. Mais ne serait-ce que pour le côté atypique et l'univers construit autour de la BD, Ramirez mérite sa place dans toute bibliothèque! La critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/12/20/il-faut-flinguer-ramirez-acte-ii/
Blondin
il y a 4 mois
Blondin a commenté l'album L'âge d'or - 2. Volume 2

L'âge d'or

Tome 2 : Volume 2

Auteurs
Cyril Pedrosa (Scénario)
Roxanne Moreil (Scénario)
Cyril Pedrosa (Dessin)
Édition
Dupuis - 6 novembre 2020
Collection
Aire Libre
Format
232 pages
EAN
979-1-0347-3264-7
Note moyenne
(14 votes)
Votre vote

Un des must-read de 2020! Superbe chronique médiévale sur la politique, les classes sociales, avec une narration graphique résolument originale et appuyée sur des dessins inspirés des tapisseries médiévales. Superbe! Lire la critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/12/23/lage-dor/
Blondin
il y a 4 mois
Blondin a commenté l'album L'âge d'or - 1. Volume 1

L'âge d'or

Tome 1 : Volume 1

Auteurs
Roxanne Moreil (Scénario)
Cyril Pedrosa (Scénario)
Cyril Pedrosa (Dessin)
Édition
Dupuis - 7 septembre 2018
Collection
Aire Libre
Format
232 pages
EAN
979-1-0347-3035-3
Note moyenne
(33 votes)
Votre vote

Un des must-read de 2020! Superbe chronique médiévale sur la politique, les classes sociales, avec une narration graphique résolument originale et appuyée sur des dessins inspirés des tapisseries médiévales. Superbe! Lire la critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/12/23/lage-dor/
Blondin
il y a 1 an

Renaissance

Tome 3 : Permafrost

Auteurs
Frédéric Blanchard (Story-board)
Fred Duval (Scénario)
Matthieu Ménage (Dessin)
Matthieu Ménage (Couleurs)
Emmanuel Justo (Lettrage)
Édition
Dargaud - 25 septembre 2020
Collection
Hors Collection
Format
56 pages
EAN
978-2-2050-8508-2
Note moyenne
(12 votes)
Votre vote

Certaines BD respirent l’alchimie parfaite entre scénariste et dessinateur(s). C’est le cas de Renaissance qui dans cette conclusion parvient à nous captiver en résolvant tranquillement les quelques intrigues ouvertes précédemment, en n’oubliant pas de réfléchir à chaque case sur le devenir de notre planète, les comportements sociaux humains ou la prospective du fonctionnement d’une société parfaite. Avec cette série Duval invente la dystopie utopique, en bon humaniste il ne se contente pas de nous proposer une vision cataclysmique et totalement crédible de notre futur mais par l’existence même de cette force extra-terrestre nous montre l’espoir. Sans mièvrerie, sans mauvais goût, il montre qu’on peut dénoncer une situation en indiquant qu’elle n’est pas inéluctable. La SF est souvent très nihiliste. Pas ici. L’intelligence est omniprésente dans cette BD, que ce soit dans des dessins très détaillés et extrêmement lisibles, tant des les scènes d’actions convaincantes que dans les débats diplomatiques subtiles entre grands pontes de l’Agora alien qui devisent dans un mémorial des guerres passées. Nous parlions récemment d’une certaine lourdeur appuyée sur le second tome des Dominants. C’est l’inverse ici où les auteurs savent jouer de l’apparence, parfois étrange, parfois repoussantes des aliens, qui ne reflétera pas forcément leur caractère. La richesse de cette série est à l’aune de toute la bibliographie d’un scénariste qui arrive à traiter simplement un grand nombre de sujets dans cent cinquante pages de BD, sur des thèmes aussi larges que l’intelligence artificielle, le libre arbitre, la dualité nature/culture, sans oublier de s’amuser avec l’Histoire de notre planète. Sans déflorer une intrigue riche qui sait se conclure de façon satisfaisante en ouvrant la porte à de futurs cycles, on arrive naturellement à la résolution du drame familiale d’une des deux humaines et à l’arrestation des fautifs. La perfection de la société-Renaissance n’est pas si évidente et pousse les aliens à l’humilité dans un échange civilisé, alors que ce qu’il reste des Nations du monde finissent par réagir à cette irruption sidérante. En se permettant, cerise sur le gâteau, de l’humour linguistique, Duval montre une nouvelle fois qu’il est l’empereur de l’Anticipation. Et on l’espère pour longtemps! Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/10/16/renaissance-3-permafrost/
Blondin
il y a 1 an

Alpi the Soul Sender

Tome 1 : Tome 1

Auteurs
Rona (Dessin)
Rona (Scénario)
Édition
Ki-oon - 3 septembre 2020
Format
208 pages
EAN
979-1-0327-0629-9
Note moyenne
(1 vote)
Votre vote

Après avoir découvert avec délectation le phénomène L’atelier des sorciers je peux vous annoncer que cette nouvelle série publiée originalement en webcomic au japon n’a pas à rougir devant le manga de Kamome Shimahara. Si l’univers des Shojo ne m’intéresse guère, comme dans la BD franco-belge les manga d’autrices proposent une sensibilité vraiment intéressante qui semble compenser certains marqueurs comme le sadisme ou les créatures organiques dont sont friands nombre de mangaka hommes. Comme pour l’Atelier ou Centaures, Alpi intègre dans son projet une esthétique particulièrement poussée sur des costumes et des décores notamment, appuyée sur une technique graphique franchement impressionnante. La précision des détails laisse ébahi en constatant qu’aucune case n’est laissée dans une économie d’arrières-plans. L’esthétique est partout dans cette itinérance d’une jeune fille déterminée à assumer sa fonction purificatrice malgré les souffrances que cela implique. La recherche des parents, l’acolyte bien plus âgé qu’elle, rappellent des thématiques classiques des liens entre génération et l’omniprésence du thème de la nature et de ses Esprits nous plonge dans ce que Miyazaki a popularisé en Occident. Un peu comme pour le début de Fullmetal Alchemist, on a droit sur ce démarrage à une histoire par chapitre (soit quatre) avec des pages d’interludes permettant de développer un peu les a-côtés des rituels proprement dit. L’histoire avance donc peu puisque l’essentiel du propos est de nous montrer le déroulement des purifications, leurs conséquences et les risques que prend Alpi. Les groupes humains ont tendance à abuser du pouvoir de ces soul senders pour leur confort personnel et le vieil homme qui l’accompagne essaye de la préserver de ses obligations. Ce premier volume est donc principalement axé sur la découverte du monde, des superbes décors et le design absolument superbe des créatures comme des artefacts. Assez modeste, ce tome est néanmoins une très belle entrée en matière qui peut tout autant se prolonger vers une quête que sur d’autres successions d’historiettes. Laissons le temps à la série de s’installer et d’introduire du drama et profitons de ces incroyables dessins et d’un monde que l’on ne demande qu’à découvrir avec Alpi. A noter que si ce titre est indiqué Seinen, il est pour moi tout à fait adapté aux jeunes lecteurs et plus proche de l’esprit Shonen. Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/10/03/alpi-the-soul-sender/
Blondin
il y a 1 an

Shaolin

Tome 1 : L'Enfant du destin

Auteurs
Jean-François Di Giorgio (Scénario)
Looky (Dessin)
Édition
Soleil - 23 septembre 2020
Format
48 pages
EAN
978-2-3020-8967-9
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

Cette belle couverture au logotype efficace a attiré mon intérêt alors que je n’ai jamais lu d’album des deux auteurs qui ne sont pas à proprement parler des débutants. Jean-François Di Giorgio a une vingtaine d’albums dans sa bibliographie et reste en terrain connu puisque son nom est rattaché à sa grande série Samurai, série concurrente chez Soleil du Okko de Hub sorti chez Delcourt la même année, à l’époque où les deux maisons se disputaient le secteur de la BD ado et fantastique. Looky est un autodidacte (j’aime les autodidactes parce qu’ils progressent sans arrêt!) qui s’est étrangement spécialisé dans des réinterprétations de contes et histoires célèbres, sans être resté particulièrement fidèle à une maison d’édition. En parcourant des galeries de ses albums j’ai été marqué par l’évolution non linéaire de son style, passé d’un classique de la BD à la Lanfeust à ses débuts à des planches impressionnantes sur la version SF d’Heraklès de Morvan, avant de revenir à une technique plus habituelle. Cela se ressent en parcourant les planches très agréables de Shaolin, réhaussées par une colorisation plutôt chatoyante grâce à un choix de teintes élégant malgré un aspect final où ressort le numérique. Pour une BD de ce type ce n’est pas dérangeant. Surtout, le gros point fort des planches sont la finesse des décors, qui sont souvent le parent pauvre de la BD à l’heure des fournées pléthoriques hebdomadaires. Looky est très pointilleux sur ses arrière-plans alors que ses personnages sont encrés avec des traits un peu épais et ont d’étonnants problèmes techniques, surtout quand on voit la qualité sur de précédents albums. Très surprenant et assez inexplicable. Attention, la maîtrise générale est de très bonne qualité, les planches lisibles et par moment très agréables mais ces quelques soucis intriguent et rendent les scènes d’action pas aussi percutantes qu’elles auraient dû l’être. Un manque de temps? Sans doute…[...] Lire la suite sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/10/07/shaolin-lenfant-du-destin/
Blondin
il y a 1 an

Les Dominants

Tome 2 : Les Dieux stellaires

Auteurs
Marcial Toledano (Couleurs)
Marcial Toledano (Dessin)
Sylvain Runberg (Scénario)
Édition
Glénat - 19 août 2020
Collection
24X32 (Glénat BD)
Format
64 pages
EAN
978-2-3440-3736-2
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

Pour ce second tome, Sylvain Runberg continue de nous faire profiter de son worldbuilding et après nous avoir fait partager le quotidien des survivants, fait la lumière sur la faction des Dévots tout en continuant de nous faire la démonstration de la cruauté des Résistants, dont le fanatisme n’a finalement rien à envier à celui de leurs ennemis naturels. Les journaux illustratifs en fin d’album continuent d’ailleurs (… dans une écriture pas forcément des plus subtiles). Les enjeux montent donc d’un cran, tant pour le héros que pour l’ensemble de l’Humanité. Tandis qu’Andrew fait tout ce qu’il peut pour s’intégrer chez les Résistants, ces derniers préparent un assaut d’envergure tout en continuant leurs exactions particulièrement impitoyables contre les Dévots qui communient avec les créatures. Si l’action-héro et les relations humaines étaient particulièrement bien sentis sur le précédent volume, le scénariste nous laisse cette fois un peu perdu avec ce personnage-marionette qui ne semble plus avoir guère de psyché et une certaine lourdeur dans la façon d’appuyer sur le côté manichéen des relations entre groupes. L’album contient donc son lot de tension, bien qu’il ne tente pas d’apporter de réponses aux questions qui taraudent le lecteur depuis le premier tome, avec un léger sentiment de surplace. Qu’à cela ne tienne, l’action est bien présente, et, si le cliffhanger de fin n’est pas de nature à vous retourner l’estomac, l’intérêt pour l’univers de la série est bien présent, notamment autour de ces fascinantes créatures alien au design et concept très intéressants. Côté graphique, on a tout de même l’impression que Marcial Toledano s’est mis sur la réserve, comme s’il souhaitait inconsciemment s’économiser, peut être pour une série qui s’annonce sur le long cours. Impression générale de baisse de niveau donc sur ce second tome sorti très (trop?) vite en ramenant une série très bien partie dans le peloton pléthorique des BD SF post-apo. En espérant que les auteurs redressent la barre d’une série qui a du potentiel. Lire sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/10/09/les-dominants-2-les-dieux-stellaires/
Blondin
il y a 1 an

These Savage Shores

Tome 0 :

Auteurs
Ram V
Vitorio Astone
Sumit Kumar
Édition
Hicomics - 19 août 2020
Format
176 pages
EAN
978-2-3788-7160-4
Note moyenne
(5 votes)
Votre vote

Cet album arrivé sans coup férir va marquer cette rentrée BD tant il semble exempt de défauts et inspiré par la grâce! Les histoires de vampires ont généralement du mal à sortir du lot de par des intrigues ultra formatées et basées sur l’éternel duo Eros/Thanatos. Le début de l’histoire laisse craindre cela avec un jeune vampire contraint de fuir sur un navire, terrifiant l’équipage en référence à l’originel roman de Bram Stoker qu’a brillamment adapté Georges Bess l’an dernier. La présence d’un redoutable chasseur de vampire fait penser que l’on va avoir droit à une chasse orientale assez classique mais plutôt bad-ass… pour immédiatement être décontenancé par la tournure de l’intrigue.[...] Lire la critique sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/09/05/these-savage-shores/
Blondin
il y a 1 an

L'Atelier des Sorciers

Tome 1 : Tome 1

Auteurs
Kamome Shirahama (Scénario)
Kamome Shirahama (Dessin)
Fédoua Lamodière (Traduction)
Édition
Pika - 7 mars 2018
Format
208 pages
EAN
978-2-8116-3877-1
Note moyenne
(11 votes)
Votre vote

Je viens de le lire dans la bibliothèque de ma fille et j'ai été enchanté (!) par les dessins et une histoire et personnages qui, s'ils ne sont pas fondamentalement originaux, nous accrochent. Un série que je vais suivre et qui est proche du coup de cœur (et je suis difficile en mangas).
Blondin
il y a 1 an
Blondin a commenté l'album Harleen (One-shot)

Harleen

Tome 0 :

Auteurs
Stjepan Šejić (Scénario)
Stjepan Šejić (Dessin)
Stjepan Šejić (Couleurs)
Stjepan Šejić (Couverture)
Paul Dini (Adapté de)
Bruce W. Timm (Adapté de)
Julien Di Giacomo (Traduction)
Cédric Vincent (Lettrage)
Édition
Urban Comics - 12 juin 2020
Collection
DC Black Label
Format
224 pages
EAN
979-1-0268-1606-5
Note moyenne
(10 votes)
Votre vote

Attention chef d'oeuvre!.. Lire la critique sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/04/harleen/
Blondin
il y a 1 an

Le Château des étoiles

Tome 5 : De Mars à Paris

Auteurs
Alex Alice (Scénario)
Édition
Rue de Sèvres - 10 juin 2020
Format
72 pages
EAN
978-2-8102-0470-0
Note moyenne
(10 votes)
Votre vote

Pour les lecteurs de Gazette, ce volume comprend les épisodes 13 à 16 de cette dernière, parus à partir de janvier. Nouveauté impactant la parution en albums, l’arrivée d’une « édition internationale » de la gazette associant la BD d’Alice avec un spin-off sur l’expédition française de Vénus compliquera un peu la périodicité. La série voit son troisième cycle commencer dans cet album… à mi parcours puisque les gazettes 13 et 14 clôturent le cycle II (j’y reviens). La fabrication made in Rue de Sèvres est comme toujours parfaite avec ces désormais célèbres couvertures reprenant l’esprit des Voyages extraordinaires de Jules Verne aux éditions Hetzel avec un effet simili-toilé et un vernis sélectif. Les précédents cycles occupaient deux tomes chacun, on peut gager que ce sera également le cas ici…? Alors que je pensais la série partie pour quelques volumes seulement, quelques éléments de contextes dans les gazettes et des allusions graphiques à Bismarck annonçaient progressivement une vraie saga qui semble boucler sa boucle ici avec ce début de troisième cycle, après que Séraphin et ses amis aient visité la Lune, puis Mars et reviennent donc sur une Terre bien changée. Ce volume est surprenant en ce que sa première moitié conclue les aventures martiennes, avec des tonalités et un décors très marqués. La chute, très brutale, inattendue et un peu bancale en ce que l’auteur rate un peu cet acmé de l’intrigue pour nous ramener sur Terre en une page tournée, donne l’impression qu’il n’a pas su comment assurer la transition entre ces aventures extra-terrestres et un retour à la dimension plus politique et rocambolesque des débuts. Car la seconde moitié, qui avance très vite, propose son lot de grandiose graphique et d’action effrénée permise par l’Ether, cette étonnante trouvaille de l’auteur qui donne une teinte désuète et historique si particulière à son œuvre. La série a grossit à mesure du succès et des envies de l’auteur et les gazettes indiquaient assez tôt l’idée d’exploration de Vénus. Alice a eu la bonne idée de ne pas diluer son intrigue principale dans un nouvel arc vénusien qui aurait probablement été redondant et de confier ce développement à une autre équipe pour achever son récit principal, probablement au prochain tome. On découvre ainsi l’empereur Napoléon III qui comme les autres grands personnages historiques n’est pas manichéen. Assez crédible il incarne la légère dose de réalisme historique qui donne un poids certain à la série. Si l’arc martien pour exotique qu’il était perdait un peu la densité dramatique, ce cinquième tome revient à une grande efficacité avec une structure ambitieuse en trois temps (maintenant-avant- maintenant) et notamment le personnage de la journaliste, très réussi et qui apporte de la nouveauté. Une dernière remarque sur le format album qui en compactant légèrement les dessins et les posant sur du papier brillant renforce les traits et les couleurs et me font dire qu’il est graphiquement supérieur au format gazette. Cette série est décidément une sacrée aventure éditoriale et une immense réussite de l’ambitieux éditeur Rue de Sèvres en intégrant directement les éditions à l’intérêt de la série, chaque format ayant ses avantages et ses inconvénients. Si vous privilégiez les dessins optez pour les formats album (éditions classique et grand-format), si le background vous importe plus l’édition gazette est résolument plus développée. A moins que l’éditeur décide un jour de sortir une édition ultime (intégrale?) intégrant le rédactionnel, vous êtes contraints de faire un choix… ou de tout acheter, ce qui n’est absolument pas dramatique étant donnée l’honnêteté des propositions de Rue de sèvres. Lire sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/11/le-chateau-des-etoiles-5/
Blondin
il y a 1 an
Blondin a commenté l'album Le Convoyeur - 1. Nymphe

Le Convoyeur

Tome 1 : Nymphe

Auteurs
Dimitri Armand (Couleurs)
Dimitri Armand (Dessin)
Tristan Roulot (Scénario)
Édition
Le Lombard - 26 juin 2020
Format
56 pages
EAN
978-2-8036-7575-3
Note moyenne
(34 votes)
Votre vote

L’art de Dimitri Armand a éclaté aux yeux du grand public sur son western Sykes, bientôt suivi par Texas Jack, tout aussi réussi. Maître dans la lignée des encreurs puissants, Armand s’épanouit dans le genre western qui permet de belles barbes (son tic), des matériaux nobles et des paysages naturels grandioses. Tristan Roulot ne s’y est pas trompé lorsqu’il lui a proposé un projet post-apo dont la coloration entre époque des colons américains et Moyen-Age semble bien connue. Le scénariste de Hedge Fund (où le personnage est déjà un anti-héros assez noir) avait proposé le très bon Arale, dystopie soviétique teintée de magie et de rouille avec le dessinateur du carton La Bombe. Ces caractères des deux auteurs se retrouvent parfaitement dans le Convoyeur pour un résultat tout à fait surprenant. Ce premier tome du Convoyeur nous transporte, si vous me passez l’expression, dans un monde sombre mais dont les codes sont familiers: la dévastation des corps et des esprits, fort bien reflétée par le wasteland servant de décor, nous ramène de façon rassurante au maître-étalon du genre qu’est Mad Max, tandis que le héros vagabond, outre le fameux Road Warrior, peut davantage nous évoquer, parce qu’il a un but qui lui est propre, le héros éponyme du Livre d’Eli. L’intrigue est suffisamment vitaminée pour nous tenir en haleine tout en instillant des enjeux encore obscurs, et donc susceptibles de piquer notre curiosité de lecteur en prévision des autres tomes: d’où vient la Rouille ? Quels sont les desseins et les origines du Convoyeur ? Sous une forme classique les auteurs ont réussi à poser un background qui nous titille, entre cette Eglise itinérante tout aussi terrible pour les « déchus » que garante d’ordre. Comme les commanditaires du Convoyeurs, d’abord vus comme les bons, nous découvrons que les dessins des hommes sont plus gris que clairs. Avec une intrigue assez ténue on est suffisamment accrochés pour avoir très envie de connaître le rôle réel de ce personnage dans un monde où la morale est bien différente de la notre. Nous sommes donc ici face au premier tome portant en lui les prémisses d’une série qui s’annonce passionnante, une saine lecture pour quiconque prévoit de se prélasser sur le sable de nos plages estivales ! Lire sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/15/le-convoyeur-1-nymphe/
Protection des mineurs

Attention, la page que vous souhaitez consulter contient des visuels réservé aux personnes majeures.

En cliquant sur OUI, J'AI PLUS DE 18 ANS, vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

  • Je suis majeur et averti du caractère érotique des images sur cette page.
  • Je certifie ne pas le faire connaître à des mineurs et m'engage à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher un mineur d'utiliser mon ordinateur pour parvenir sur cette page.
  • Je décharge l'éditeur de ce site de toute responsabilité si un mineur vient à accéder sur ce site par négligence de ma part de quelque manière possible.
Connexion