Répartition des notes

1/5
2/5
3/5
4/5
5/5

Répartition par type

Derniers achats

À propos

Inscription 5 novembre 2013
Age 52 ans
Sexe Homme

Statistiques

12 achats prévus

Réseau

Activité récente

Stéphane Kermabon
il y a 1 an
Stéphane Kermabon a créé le sujet Billy Bat
Stéphane Kermabon
il y a 1 an
Stéphane Kermabon a obtenu un nouveau badge

Posteur débutant

Publication d'au moins 1 post dans les forums
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Marvel Dark - Le côté obscur

Tome 8 : Thanos : Là-haut, un dieu écoute

Auteurs
Jason Aaron (Scénario)
Simone Bianchi (Dessin)
James P. Starlin (Scénario)
Ron Lim (Dessin)
Rob Williams (Scénario)
Iban Coello (Dessin)
Neil Edwards (Dessin)
Paco Diaz (Dessin)
Al Ewing (Scénario)
Frazer Alex Irving (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Collection
Le côté obscur
Format
240 pages
EAN
978-2-8094-9776-2
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

Thanos - Là-haut, un dieu écoute dans la Collection "Marvel - Le côté obscur" une opération Panini Comics et Carrefour. Je vous l'ai déjà indiqué dans une précédente mino review sur Thanos Gagne de Donny Cates et Geoff Shaw, je ne suis pas un grand fan de Thanos. Et même si l'histoire de Cates m'avait plu, cela ne m'a pas transformé en grand admirateur du géant violet. Ce tome de la collection Marvel Dark nous propose quatre histoires sur Thanos: L'ascension de Thanos - Thanos Rising, mini série de 2013. Damnation et rédemption - Damnation And Redemption, Thanos annual 2014. Là-haut, un dieu écoute - A God Up There Listening, mini série de 2014. La promesse - The Comfort of the God, dans Thanos annual 2018. On commence par L'ascension de Thanos de Jason Aaron au scénario et Simone Bianchi aux dessins. Commençons donc par les dessins, le point fort de cette minisérie, j'ai vraiment aimé les dessins de Bianchi, et le papier de cette édition ne rend pas hommage aux couleurs. Du côté de l'histoire, c'est un autre point de vue. Je reconnais les qualités de ce récit, la jeunesse de Thanos et ses premières années. Il y a pas mal d'éléments qui permettent de mieux comprendre sa nature. Mais voilà, je n'ai pas accroché. Deuxième récit, scénarisé par Jim Starlin, le père du personnage, et dessiné par Ron Lim, l'un des grands artistes ayant travaillait sur le titan fou, j'attendais beaucoup de ce récit d'une trentaine de pages. Eh bien je suis resté un peu sur ma fin. J'ai eu l'impression de lire un épisode bonus du Gant de L'infinie. Comme d'habitude j'ai beaucoup apprécié les dessins de Ron Lim, mais l'histoire valait elle vraiment le coup d'être racontée? Troisième récit, scénarisé par Rob Williams et dessiné par Iban Coello, Neil Edwards et Paco Diaz. On y suit les aventures de Thane, le fils de Thanos et je dois dire que cela m'a laissé complètement froid. Certes il y a des sujets intéressants que l'auteur a essayé de développer, comme l'héritage et peut-on vraiment y échapper. Mais je n'ai pas aimé la façon dont c'est raconté. Je n'ai pas réussi à trouver le moindre intérêt à Thane. Dernier récit, le plus court, d'Al Ewing au scénario et Frazer Irving aux dessins. Et bien en huit petites pages, Al Ewing a réussi à me passionner plus que les trois autres récits. Certes c'est court et cela aurait mérité d'être beaucoup plus développé, mais au moins l'idée de base est très intéressante. Voilà, je n'étais pas un grand fan du Titan fou, et c'est toujours le cas. Est-ce que c'est dû à sa folie? À sa trop grande puissance? Je ne sais pas. Bref ce n'est pas pour moi, mais la grande variété des récits devrait permettre à tout le monde de se faire un avis.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Les Chefs-d'oeuvre de Lovecraft

Tome 1 : Les montagnes hallucinées - Tome 1

Auteurs
Howard Phillips Lovecraft (Adapté de)
Gou Tanabe (Dessin)
Gou Tanabe (Scénario)
Sylvain Chollet (Traduction)
Édition
Ki-oon - Septembre 2019
Format
304 pages
EAN
979-1-0327-0362-5
Note moyenne
(27 votes)
Votre vote

Les Montagnes Hallucinées de Gou Tanabe aux éditions Ki-oon. Je dois vous avertir, je ne suis pas un fan de l'épouvante. En fait en livre ou en bande dessinées, cela ne fonctionne pas sur moi. Et du côté cinéma, cela fonctionne un peu mieux, mais sans plus. Jules de la chaîne Jules et Nico en a parlé plusieurs fois, et il est rarement de mauvais conseil. Alors, lorsque je l'ai vu disponible dans les rayons de la médiathèque, je n'ai pas hésité. L'histoire commence simplement par une expédition scientifique en Antarctique dans les années 30, comme il y en a eu de nombreuses à cette époque. Et cette partie de l'histoire, qui n'est pas, et de loin, un prétexte à l'histoire principale, et très bien rendue et passionnante. Les difficultés d'une telle expédition, les espoirs des scientifiques nous emportent dans un réalisme impressionnant. Les paysages grandioses sont très magnifiquement rendus par les dessins. Mais ces scientifiques vont faire une découverte étonnante. Et c'est là que doucement, petit à petit, nous glissons vers l'épouvante. Cette épouvante très bien rendue par les regards qui passent de l'étonnement dû aux découvertes à des regards proches de la folie. Gou Tanabe a réussi à me faire passer cette sensation, plus dans les regards des scientifiques que par les dessins représentant les anciens. Plus par ce besoin que ressentent ces scientifiques de continuer plus loin leur exploration malgré le danger de plus en plus important, que par les paysages de ces montagnes effrayantes. Ils sont hypnotisés par ce qu'ils découvrent et l'impactent que cela pourrait avoir sur le monde et sa compréhension. Je ne vous en dis pas plus sur le scénario pour ne pas vous gâcher la lecture. C'est un très bon conseil de Jules et je vous enjoins de le suivre vous aussi.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Marvel Dark - Le côté obscur

Tome 10 : Wolverine : le retour de l'indigène

Auteurs
Greg Rucka (Scénario)
Darick Robertson (Dessin)
Stuart Moore (Scénario)
C. P. Smith (Dessin)
Jason Aaron (Scénario)
Howard Chaykin (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Collection
Le côté obscur
Format
240 pages
EAN
978-2-8094-9778-6
Note moyenne
(4 votes)
Votre vote

Wolverine - Le retour de l'indigène, dans la Collection "Marvel - Le côté obscur" une opération Panini Comics et Carrefour. Ce tome de la collection Marvel Dark nous propose trois histoires sur Wolverine: Le Retour de l'Indigène - Return of the Native, Wolverine (2003) épisodes #13 à #19 Le Colis - The Package, Wolverine (2003) épisode #41 L'Homme dans la fosse - The Man in the Pit, Wolverine (2003) épisode #56 Le premier récit est de Greg Rucka au scénario et Darick Robertson aux dessins. C'est un arc complet où l'on retrouve Sabretooth alias Victor Creed (Dents-de-sabre) employé pour retrouver une autre victime du projet Weapon X (Arme X) connue sous le nom de Native. Que ce soit Creed ou Logan, chacun joue son rôle, et leurs relations ne s'améliorent toujours pas. Nos trois personnages découpent à tour de bras, ou je devrais à tour de griffes. Cette histoire n'apporte pas grand-chose à la mythologie de Wolverine. Mais elle reste plaisante à lire, et les dessins de Darick Robertson, en particulier les décors représentant les rocheuses Canadiennes sont plutôt sympas. Le deuxième récit est de Stuart Moore au scénario et C.P. Smith aux dessins. C'est un récit politique sur fond de sauvetage d'un nouveau-né. Un récit sombre qui nous parle de ces pays d'Afrique déchirées par la guerre, elle-même entretenue par des puissances étrangères et financière qui veulent s'en accaparer les ressources. Mais il nous parle aussi de la non-ingérence des puissances voisines, qui aurait, peut-être, la possibilité d'apporter la paix. C'est un peu court, et cela aurait peut-être mérité plus qu'un one shot. Mais c'est un petit coup de poing et un rappel à notre conscience. J'ai beaucoup aimé, même si le papier et la qualité d'édition ne rendent pas hommage aux dessins et à la colorisation. Le dernier récit est de Jason Aaron scénario et Howard Chaykin aux dessins. Pour ce dernier one shot, Jason Aaron nous parle de violence, de violence familiale, de violence policière, de violence payée, des souffrances qui peuvent en découler, et de la reproduction de la violence à travers un ancien policier, payé pour cribler de balles Wolverine coincées dans une fosse. C'est un bon récit la aussi un peu court, qui met en parallèle Wolverine qui se retrouve physiquement au fond d'un trou, et un homme qui est psychologiquement au fond du trou. Au final un bon tome de cette collection pour ceux qui ont déjà lu les classiques sur notre héros griffu.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Les Trésors de Marvel (Fascicule)

Tome 1 : Année 1982

Auteurs
Alex Ross (Couverture)
John Salvatore Romita (Dessin)
Roger Stern (Scénario)
Frank Miller (Scénario)
Frank Miller (Dessin)
Bill Sienkiewicz (Dessin)
Chris Claremont (Scénario)
John Byrne (Scénario)
John Byrne (Dessin)
Paul Smith (Dessin)
Roger McKenzie (Scénario)
Édition
Panini Comics Fascicules - 10 février 2021
Format
168 pages
EAN
978-2-8094-9781-6
Note moyenne
(2 votes)
Votre vote

Les Trésors de Marvel sont une nouvelle collection trimestrielle de Panini Comics. Chaque tome est centré sur une année, le premier sur l'année 1982. Et il revient sur des épisodes phares de cette année. Cela peut être des épisodes marquant pour le personnage, ou pour la qualité de cet épisode, ou encore pour l'histoire des comics Marvel, comme la première apparition d'un personnage emblématique. Panini nous promet un épisode inédit dans chaque tome. C'est au format souple et sur un papier de qualité mais non glacé. Nous avons la couverture originale pour presque tous les épisodes. Ma première impression à la découverte de ce premier volume c'est la nostalgie. La nostalgie d'un vieux lecteur des Éditions Lug et Semic redécouvrant les épisodes qui ont bercé son enfance. Non seulement dans la contenue mais aussi dans le format souple et le papier mat. Bref cela sent bon le passé heureux des jeunes lecteurs de Strange. Cela me fait penser au Spécial Strange Origine, qui revenait sur les origines des super héros ou des super vilains, mais aussi sur des épisodes marquants. Ma première question a été : "Mais à qui s'adresse cette nouvelle collection?". Ce qui est certain c'est qu'elle s'adresse à moi, de façon volontaire de la part de l'éditeur ou pas. Mais sinon s'adresse-t-elle au nouveau lecteur? Je n'en suis pas certain. Que ce soit au niveau de la narration ou du style des dessins, nous sommes loin de notre époque. Alors peut être aux lecteurs confirmés qui auraient envie de découvrir de vieux épisodes de qualité sans acheter les intégrales, parfois indisponibles, et bien plus onéreuses, peut-être. Ce qui est certain c'est que je ne boude pas mon plaisir de lire cette collection. Voyons voir ce qu'il y a dans ce premier tome. Spider-Man Nous avons en premier les numéros #229 Nothing Can Stop the Juggernaut!, et #230 To Fight the Unbeatable Foe! de The Amazing Spider-Man, avec au scénario Roger Stern, et aux dessins John Romita Jr. Ces épisodes sont parus la première fois en France dans Strange #186 et #187. Évidement je connaissais cette histoire pour l'avoir lu dans Strange en 1985, et c'est pour moi l'une de celle que m'ont marqué à cette époque. Notre ami Peter Parker affronte pour la première fois le terrible et inarrêtable Fléau (Juggernaut pour les Anglophone) pour sauver Madame Web. Aux dessins, le style de John Romita Jr est encore classique dans son trait, son découpage lui est déjà dynamique, et le tout donne un rendu trés agréable à lire. Du côté du scénario, cela n'a pas perdu une ride, la menace est sérieuse et une personne risque de mourrir si Spider-Man n'arrête pas le Fléau, vous l'aurez compris, Madame Web. En bref c'est une très bonne lecture. Daredevil Nous avons là le numéro double de Daredevil #181 Last Hand, avec au scénario et aux dessins Frank Miller, et à l'encrage Klaus Janson. Cet épisode a été découpé en deux et publié dans les numéros #179 et #180 de Strange. Là encore je connaissais cette histoire, toujours pour l'avoir lu dans Strange, et même si le run de Frank Miller sur Daredevil est l'un de ceux que je préfère c'est plus dans l'intégralité que s'apprécie celui-ci. Mais cela c'était avant de le relire. Je ne sais pas si cela vient du fait de le lire en une fois, et non découpé en deux comme l'avaient fait les Éditions Lug. Ou si c'est la différence d'âge (37 ans de plus) mais lors de cette re-lecture j'ai tout simplement pris une énorme claque. Uncanny X-Men Nous avons le numéro d'Uncanny X-Men #159 Nights Screams!, avec au scénario Chris Claremont et aux dessins Bill Sienkiewicz. Cet épisode n'a pas été publié à ma connaissance dans les Éditions Lug ou Semic. Et bien là je ne connaissais pas cette histoire et elle est assez plaisante à lire. Bill Sienkiewicz n'a pas encore son style si particulier mais c'est loin d'être désagréable à lire. Chris Claremont nous offre une histoire sans conséquence, sympathique mais sans plus, centrée sur Kity Pride, Ororo et un vilain que je vous laisse découvrir. C'est l'inédit de ce tome, et je ne sais pas pourquoi Lug ne l'a pas publié dans Spécial Strange ou encore dans les albums Les Étranges X-Men. Wolverine C'est le premier numéro de la toute première minisérie sur Wolverine en quatre parties Wolverine #1 - I'm Wolverine, avec au scénario Chris Claremont et aux dessins Joe Rubinstein et Frank Miller. Cette minisérie fut publiée dans le premier récit complet Marvel. Cette minisérie est vraiment très bien, et n'avoir simplement que le premier numéro n'est pas gênant. On y retrouve Mariko, l'un des grandes amours de Wolverine. Elle s'est marié par devoir pour rembourser la dête de son père avec une personne violente. J'aime beaucoup le combat entre Wolverine affaibli par le poison et le père de Mariko, Shingen, c'est très bien déssiné par les deux artistes. Fantastic Four Nous avons le numéro de Fantastic Four #240 - Exodus, avec au scénario et aux dessins le grand John Byrne. Cet épisode a été publié dans le Nova #106 (encore au trop petit format). Même si dans cet épisode nous avons beaucoup d'événements importants pour l'univers de la première famille de super-héros, ce n'est pas forcément un numéro qui m'a passionné. C'est peut-être justement dû au fait que tous ces événements arrivent un peu trop rapidement. Mais cela fait surtout plaisir de retrouver les dessins de John Byrne, le dynamisme que l'on retrouve dans les scènes d'action, les expressions des visages, les décors. On peut reconnaitre le style Byrne sans problème. Daredevil Un petit bonus publié dans le Marvel Fanfar #1 - Snow, avec au scénario Roger McKenzie et aux dessins Paul Smith. Cet épisode a été publié dans le Strange Spécial Origines #307. Au début de la lecture je ne me souvenais pas de ce petit épisode, mais la mémoire m'est revenue lors des dernières pages. C'est un petit bonus tout à fait sympathique pour conclure ce premier tome. Vous l'avez compris j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ou relire ces histoires dans ce format si nostalgique que nous propose Panini Comics. Je vais sans souci prendre les suivants. Je pense que cette fois Panini m'a bien ciblé. Si vous êtes nostalgique de cette époque, foncé sur cette collection.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Anthologie Flash

Tome 0 :

Auteurs
Collectif
Robert Kanigher
Carmine Infantino
Gardner Francis Fox
Harry Lampert
Édition
Urban Comics - 27 mars 2015
Format
400 pages
EAN
978-2-3657-7621-9
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

J'ai très envie de lire Flashpoint, son prélude et les mondes de Flashpoint. Je ne connaissais pas très bien Flash, où je devrais dire les Flash. Car oui il y a plusieurs Flash, Jay Garrick, Barry Allen et Wally West, sans oublier Bart Allen (petit-fils de Barry Allen). Et j'ai emprunté ce volume à la médiathèque pour me familiariser avec les personnages. Cette anthologie regroupe des épisodes allant de la première apparition de Flash, à ce moment la il sagit de Jay Garrick dans Flash Comics #1 de 1940, à un épisode spécial datant de 2014. Donc 75 années de Flash résumé dans ce volume. Je dois ajouter que le travail éditorial est très bon. Chaque épisode est présenté et mis en contexte. De plus nous avons aussi une courte biographie des différents scénaristes et dessinateurs qui ont réalisé ces épisodes. Bref, c'est un bon travail de la part d'Urban Comics. J'ai bien aimé cette anthologie. Bien sur plus certains épisodes plus que d'autres, mais globalement cela se laisse lire agréablement. Je connais maintenant un peu mieux le personnage et je suis prêt (dès que mes finances me le permettront) à lire le prélude de Flashpoint et la suite. Je note aussi que les épisodes de Geoff Johns et de Mark Waid m'ont donné envie de lire les runs complets de ces auteurs. Malheureusement seul celui de Geoff Johns est disponible chez Urban Comics.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Empress

Tome 0 :

Auteurs
Mark Millar (Scénario)
Stuart Immonen (Dessin)
Édition
Panini Comics - 3 mai 2017
Collection
Best of Fusion Comics
Format
200 pages
EAN
978-2-8094-6012-4
Note moyenne
(10 votes)
Votre vote

Empress de Mark Millar au scénario et Stuart Immonen aux dessins. C'est édité chez Panini Comics. J'ai emprunté et lu la version originale et la version Française de cette minisérie. Ce n'est pas pour juger de la qualité de la traduction (j'en suis bien incapable) mais par curiosité car les deux éditions étaient disponibles à la médiathèque de ma ville. Du côté des dessins il n'y a rien à dire. C'est impeccable, hyper dynamique dans les scènes d'action. Le décor des différentes planètes, les personnages, monstres, aliens sont très bien rendus. Mark Millar sait s'entourer des meilleurs dessinateurs, et ceux-ci donnent toujours le meilleur d'eux-mêmes. Du côté du scénario, et bien encore une fois je n'accroche pas au scénario de Millar. Ce n'est pas mauvais, il y a de l'action, des rebondissements, de l'aventure. Je n'ai pas passé un mauvais moment mais tout est assez convenue. Encore une fois Millar nous propose un univers riche avec un gros potentiel mais sans vraiment le détailler, en profiter. La fin sous-entend une suite, et si un jour cette suite voit le jour, cela deviendra peut-être pour moi plus intéressant.Tout est bien orchestré, mais il manque pour moi le petit quelque chose qui vous donne envie de tourner la page, de lire la suite.Je ne sais pas ce qu'il manque ou si c'est moi qui ne le trouve pas. Cela ne fonctionne pas pour moi. À lire pour se détendre sans prise de tête lorsque vous êtes un fan de Millar, ou pour les dessins de Stuart Immonen.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Spider-Man - L'enfant intérieur

Tome 0 : L'enfant intérieur

Auteurs
John Marc DeMatteis (Scénario)
Sal Buscema (Dessin)
Édition
Panini Comics - 7 juin 2017
Collection
Marvel Vintage
Format
248 pages
EAN
978-2-8094-6383-5
Note moyenne
(0 vote)
Votre vote

Spider-Man, l'Enfant intérieur de J.M. DeMatteis et Sal Buscema chez Panini Comics. Voilà un titre qui mélle nostalgie et qualité. Attention c'est de l'old school, c'est du bon mais cela peut rebuter certaines personnes. Ce tome reprend les épisodes #178 à #184 de Spectacular Spider-Man. Les épisodes #189 et #200 de la même série viennent compléter ce tome. Du côté des dessins j'aime beaucoup le travail de Sal Buscema. Il donne un côté effrayant à cette histoire qui participe pour beaucoup à mon appréciation de l'histoire. Ce côté effrayant est très bien rendu sur les visages des personnages, y compris celui de Peter Parker.Je trouve l'idée de la première page de chaque numéro reprenant les enregistrements des séances de Vermine très bonne. Du côté du scénario, l'histoire est centrée sur trois personnages, Peter Parker, Harry Osborn et Edward Whelan. Ils sont respectivement Spider-Man, le bouffon vert et Vermine. Ces trois personnes ont des séquelles d'événements de leurs passés, vécus lors de leur enfance. Les mauvais traitements de leurs pères pour Harry ou Edward ou la culpabilité de la mort de ses parents pour Peter. Ces séquelles participent à la personnalité et à l'histoire de chacun d'eux et elles sont au centre de l'histoire.L'intensité monte d'épisodes en épisodes pour atteindre son paroxysme lors de l'épisode #184. Les combats classiques entre super-héros et super vilain ne sont que l'aboutissement du conflit et des tensions des trois personnages et non le fond de l'histoire. Le fond surpasse la forme, mais celle-ci l'accompagne parfaitement. Les deux derniers épisodes complètent ce tome. Ils reviennent sur le conflit entre Peter Parker et Harry Osborn en tant que Spider-Man et Le Bouffon Vert, et les difficultés pour Harry à construire une vie de famille avec le spectre de son Père et sa propre folie. Ces épisodes ne sont pas forcément obligatoires mais c'est intéressant de les avoir placer la. J'ai beaucoup aimé cette histoire. C'est une histoire sombre, violente, dure, ce qui contraste avec les histoires plus classiques de Spider-Man ou l'humour est plus présents. Un conseil, lisez ce tome d'une seule traite, l'effet est plus intense que de le lire en plusieurs fois. Un très bon comics, et je me demande si je ne vais pas l'acheter.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

La Guerre du feu (Roudier)

Tome 1 : Intégrale tomes 1 à 3

Auteurs
J-H Rosny Aîné (Adapté de)
Simon Champelovier (Couleurs)
Emmanuel Roudier (Scénario)
Emmanuel Roudier (Dessin)
Édition
Delcourt - 16 août 2018
Collection
Ex-Libris
Format
168 pages
EAN
978-2-4130-0742-5
Note moyenne
(0 vote)
Votre vote

La Guerre du Feu d'Emmanuel Roudier au scénario et aux dessins et de Simon Champelovier aux couleurs aux Éditions Delcourt en trois tomes. Cette trilogie est inspirée du livre éponyme de J. -H. Rosny Aînée. Je n'ai pas lu ce livre, et j'ai un très vague souvenir du film des années 80 que j'ai vu lors d'une sortie scolaire. Après avoir lu la trilogie Neandertal du même auteur j'étais curieux de lire un peu plus de celui-ci. Comme cette trilogie était disponible dans la médiathèque de ma ville je l'ai emprunté. L'action se passe durant la préhistoire. Les Oulhamr possèdent le feu, et savent le conserver, mais pas le créer. Le jour où il le perde suite à une bataille contre une tribu adverse ils sont alors en grand désarroi. Ils n'ont plus de protection contre les bêtes sauvages et ne peuvent plus cuire la viande ni durcir les pointes des lances. Deux groupes sont envoyés pour récupérer le feu. Naoh, Nam et Gwan forme le premier groupe et nous suivons leurs aventures. Ce que j'aime c'est les dessins des paysages variés, des animaux disparus et des personnages. L'auteur prend le temps de représenter des combats entre bêtes sauvages et de larges cases représentant les grands espaces. Cela nous immerge dans cette nature sauvage à la fois belle et dangereuse de notre Terre de l'époque préhistorique. L'homme n'est finalement qu'un petit élément dans cette grande nature, s'inclinant devant la force de celle-ci. Le découpage des cases est aussi inhabituel pour la bande dessinée Franco-Belge et apporte beaucoup à la narration et aux combats. Du côté du scénario c'est un peu plus compliqué. On peut lire l'histoire sur plusieurs niveaux et interpréter celle-ci de différentes façons. Vous pouvez la lire comme une aventure pour récupérer le feu. Elle est plaisante et se laisse lire. Mais vous pouvez aussi analyser cette histoire, les relations entre les différents groupes d'humains ou de préhumains. Mais aussi la structure de la tribu, de la place des hommes et la place des femmes, et de la prépondérance de la force sur l'intelligence. La postface de Marc Guillaumie en fin du dernier tome nous en parle très bien, et au lieu de l'expliquer plus maladroitement je vous conseille de la lire lorsque vous aurez terminé la lecture de cette trilogie. Bref, une trilogie préhistorique que je vous conseille de lire si elle se trouve dans votre médiathèque ou si un.e ami.e la possède.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Universal War One

Tome 1 : Intégrale tomes 1 à 6

Auteurs
Denis Bajram (Scénario)
Denis Bajram (Dessin)
Édition
Soleil - Mars 2014
EAN
978-2-3020-3778-6
Note moyenne
(34 votes)
Votre vote

Édition intégrale de la série de Denis Bajram publiée chez Quadrants Solaires. Sur les conseils d'Yves, un ami et ancien collègue, j'ai emprunté cette énorme intégrale à la médiathèque parmi un ensemble important de Franco-Belge, comics et manga pour tenir tout l'été. L'été n'est pas terminé et j'ai terminé ma pile à lire, ma médiathèque n'a pas rouvert après les travaux. Dans un siècle l'humanité aura colonisé le système solaire. La Terre unie en une seule nation aura colonisé la Lune et Mars et aura accordé à des compagnies industrielles un permis de coloniser et d'exploiter les planètes au-delà de Mars. Regroupées au sein des compagnies industrielles de colonisation (CIC). La tension monte entre la Terre et les CIC lorsque l'échéance du bail pour ces dernières arrive. Lorsqu'un phénomène étrange, le mur, apparaît dans les environs de Saturne. C'est un gigantesque disque noir qui obscurcit une partie du ciel vue de la Terre. Faisant partie de la troisième flotte spatiale qui étudie ce phénomène, l'escadrille Purgatory, composée de condamnés par la cour martiale et de la fille de l'amiral de cette flotte va affronter bien des dangers pour comprendre ce phénomène et sauver leur vie, l'humanité et l'univers. J'ai beaucoup aimé les dessins et les différentes ambiances en fonction des lieux. L'espace, les vaisseaux ou les stations spatiales, les planètes ou satellite comme Titan sont leurs propres codes de couleurs. L'ambiance des lieux clos comme les vaisseaux spatiaux est très bien rendue et oppressante au contraire de la surface des planètes où l'on se sent plus libre. Je trouve la maîtrise des couleurs très bonnes, c'est vraiment une part importante du dessin et donne le ton. Ainsi les flashbacks sont identifiables et nous ne sommes pas perdus. Même si c'est une technique assez classique, cela reste efficace. Du côté du scénario, là aussi on sent une maîtrise de la série. Si l'histoire m'a semblait un peu simple au début, de chapitre en chapitre elle devient plus intéressante. Je ne vais pas vous divulguer la contenue mais sachez que vous rirez de surprise en surprise. Même si je trouve la fin un petit peu en dessous et certain pourrais parler de fin de type Deus Ex Machina (et l'expression collerait bien à cette histoire), je ne vois pas comment cela aurait pu être autrement. L'auteur maîtrise aussi le rythme et chaque chapitre, sauf le dernier, se termine par un cliffhanger parfois magistral. Bref même si j'ai préféré lire chapitre par chapitre tous au long d'une semaine par manque de temps, j'avais envie de lire la suite à chaque fois. Chaque personnage de l'équipe est très bien décri, et les flashbacks permettent d'encrer ces derniers dans l'histoire et de mieux comprendre leurs choix et leurs réactions. On s'attache aux personnages et nous avons envie de connaître leurs sorts. Les personnages, les membres de l’escadrille Purgatory, sont vraiment le point fort de cette série. Il y a deux aspects dont j’aimerais parler. Le premier qui est présent tout au long de l’histoire est la religion. Dans chaque chapitre nous avons droit à des extraits de la genèse légèrement modifiée pour correspondre avec l’histoire. J’ai trouvé cela un peu superflue et j’ai fini par ne plus lire ces textes. Cet aspect création d’un nouveau monde n’est pas très présent dans l’histoire, et à mon sens ces textes viennent un peu alourdir l’histoire. Mais cela n’est qu’un point mineur qui ne gêne en rien le plaisir de lecture. Si comme moi cela vous dérange, passez ces textes. Cet aspect création d’un nouveau monde n’est pas très présent dans l’histoire, et à mon sens ces textes viennent un peu alourdir l’histoire. Mais cela n’est qu’un point mineur qui ne gêne en rien le plaisir de lecture. Si comme moi cela vous dérange, passez ces textes. Le second point est l’aspect politique qui arrive plus vers la fin de la série. La lutte contre la survie même de l’univers prend aussi un sens de survie de la liberté pour l’humanité. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher votre lecture, mais j’ai trouvé cette approcher intéressante. Le point de vue des CIC même un peu caricatural car poussé à l’extrême montre bien le danger pour l’humanité de se diriger vers cette voie de l’ultra-libéralisme. Mes choix d'Amina et Milorad, bien que surprenant montre que parfois pour survivre nous pouvons participer à une dictature et que la résistance même si on la désire n’est pas une chose facile. Cet aspect de la série m’a beaucoup plus convaincu que l’aspect religieux car il s’inscrit parfaitement dans l’histoire. Et le rôle de Mario est étonnant. Pour résumé une bonne lecture qui me donne envie de lire d'autres oeuvres de Denis Bajram. Est-ce que vous avez lu cette édition intégrale où avait envie de le faire? Dites-le-moi en commentaire.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Grant Morrison présente Batman

Tome 3 : Nouveaux masques

Auteurs
Grant Morrison (Scénario)
Frank Quitely (Dessin)
Édition
Urban Comics - 26 octobre 2012
Collection
DC Signatures
Format
272 pages
EAN
978-2-3657-7108-5
Note moyenne
(13 votes)
Votre vote

Troisième tome de cette série de Grant Morrison sur Batman, avec aux dessins: Frank Quitely, Cameron Stewart et Philip Tan. J'avais beaucoup apprécié les deux premiers tomes de cette série, et j'étais impatient de lire la suite. J'ai trouvé ce tome d'occasion dans la librairie Nantaise BDM, et mon avis est mitigé. Pas assez pour me faire arrêter la série. L'éditorial, de qualité, nous apprends que Bruce Wayne est mort, et c'est donc Dick Grayson qui reprend la cape de Batman et nous avons donc droit à un "Dynamics Duo'" inédit avec Damian Wayne en Robin. Ce tome est composé de trois arcs narratifs, chacun dessiné par un artiste différent, reprenant les neuf premiers numéros du titre Batman and Robin.Le premier arc dessiné par Frank Quitely, intitulé Nouveau Masques, est pour moi le meilleur des trois et justifie de loin par la qualité des dessins et de la mise en page, l'achat de ce tome. Nous avons vraiment un duo dynamique, dans l'action et dans la relation entre un Damian Wayne de plus en plus impertinent et un Dick Grayson qui doute de lui-même dans le rôle de Batman. Mais les deux héros apprennent à collaborer pour combattre le professeur Pyg et le cirque de l'étrange. Bref c'est pour moi un très bon arc narratif superbement dessiné. Le deuxième arc dessiné par Cameron Stewart, intitulé La Revanche de Red Hood, est pour moi un peu en dessous du premier. Peut-être en raison des dessins que j'apprécie moins. Mais l'histoire principale continue et Dick Grayson s'affirme dans le rôle de Batman face aux critiques de Jason Todd. Un Jason Todd pleins d'amertume et de rancoeur envers Batman et ces méthodes. Le troisième arc dessiné par Philip Tan, intitulé Au coeur des Ténèbres, est toujours pour moi le moins bien réussi. Il me semble confus pour une personne qui ne connaît pas par coeur l'histoire de Batman. Mais on finit par raccrocher les wagons. Le fait que j'apprécie moins les dessins de Philip Tan est aussi une raison qui ne m'a pas permis d'apprécier pleinement cet arc. Globalement je préfère les deux premiers tomes de la série à celui-ci, mais je vais continuer la lecture car l'histoire principale est intéressante. Si vous avez lu ce tome, je serais curieux d'avoir votre avis là-dessus.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Dawn of X

Tome 1 : Dawn of X - Volume 1

Auteurs
Rod Reis (Dessin)
Joshua Cassara (Dessin)
Jonathan Hickman (Scénario)
Gerry Duggan (Scénario)
Benjamin Percy (Scénario)
Tini Howard (Scénario)
Leinil Francis Yu (Dessin)
Marcus To (Dessin)
Matteo Lolli (Dessin)
Édition
Panini Comics - 7 octobre 2020
Format
264 pages
EAN
978-2-8094-9229-3
Note moyenne
(2 votes)
Votre vote

J'ai lu très peu de X-Men depuis la fin de la période Semic (cela date de pas mal d'années, certains lecteurs des X-Men n'étaient pas né). Il y a une année j'ai lu les deux miniséries House of X et Power of X (Ten), et j'ai plutôt bien aimé, même si j'étais un peu perdu. Un peu perdu car il y a plusieurs personnages que je ne connaissais pas. Un peu perdu car le caractère de certains personnages a changé, en particulier celui de Cyclope. Mais c'était frais, nouveau, et avec un paquet de bonnes idées. Pour rappel, le professeur Xavier crée la nation de Krakoa, sur l'île vivante du même nom. Une nation mutante pouvant accueillir tous les mutants du monde. Après Hox/Pox est sortie Dawn of X, deux fois par mois, pour 16 euros. Cela me semblait un peu cher, et à l'époque j'ai fait l'impasse. Un an après j'ai craqué pour le premier tome, en me disant si cela me plaît je continue. Vous pourrez lire la réponse à la fin. Chaque tome de Down of X est composé de six épisodes des séries X-Men. Dans ce premier tome nous avons: X-Men #1: Cet épisode se situe dans la droite ligne d'Hox/Pox. J'ai eu le même ressentie. C'est bien écrit, cela donne envie de lire la suite et les dessins sont au top. Bref une très bonne série pleine d'intrigue. Maraudeurs #1: On retrouve dans cette série Kate Pryde, ne l'appelait plus jamais Kitty, qui ne peut, pour une raison inconnue, traverser les portails de Krakoa. Sur une proposition Emma Frost elle forme une équipe pour aller chercher les mutants qui aimeraient se rendre sur Krakoa mais qui en sont empêchés par leurs gouvernements ou d'autres personnes. J'ai beaucoup aimé ce premier épisode. Peut-être en raison de la fraicheur de l'équipe face à la noirceur de ceux qu'ils combattent. J'ai hâte de lire la suite. Excalibur #1: Là je suis complètement perdu. Nous sommes loin de la série des années 80 (il me semble) d'Excalibur. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre ce numéro, mais malgré cela j'ai accroché. News mutants #1: Ha la je suis en terrain connu. Même s'il y a deux personnages que je ne connais pas bien, je retrouve les nouveaux mutants de mon enfance. Et ce fut un vrai plaisir. Cette série est pleines d'humour et de dynamisme. Et les dessins me font penser, bien que le style soit totalement différent, à ceux de Bill Sienkiewicz. Encore une fois j'ai hâte de lire la suite. X-Force #1: La je dois dire que je suis un peu mitigé. Le scénario me semble un peu confus. Mais cela me donne envie quand même de découvrir d'ou provient cette nouvelle menace. A suivre donc. Fallen Angels #1: peut-être la série la plus difficile à apprécier. Et pourtant je trouve l'histoire bonne et les personnages intéressants. Mais il y a un petit quelque chose qui me dérange dans cette histoire. Nous avons droit ensuite à une galerie de couvertures, et je dois avouer que certaines ont fait vibrer ma fibre nostalgique, comme celle-ci représentant Câble pour la série Fallen Angels par Rob Liefeld. Techniquement pas la meilleure couverture, mais cela envoie du bois. Celle de Whilce Portacio m'a ramené au début de l'air image et celle de Rick Leonardi à la fabuleuse époque de Spécial Strange. Vous l'avez compris je vais continuer l'aventure Dawn of x. Les premiers numéros étant re-édités cela devrait être simple à les trouver.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Immortal Hulk

Tome 1 : Tome 1

Auteurs
Al Ewing
Édition
Panini Comics - 13 mars 2019
Collection
100% Marvel
Format
128 pages
EAN
978-2-8094-8051-1
Note moyenne
(7 votes)
Votre vote

C'est le premier tome du run d'Al Ewing et Joe Bennett. J'aime bien Hulk, et en particulier la période Peter David. Ce run me faisait de l'oeil depuis un moment et j'ai profité de l'opération de Panini en ce mois de mai pour prendre le premier tome. Et j'ai bien fait. Le principe de base est que Hulk ne peut mourir contrairement à Bruce Banner. Et lorsque ce dernier meurt, la nuit venue Hulk renaît. On retrouve donc un Bruce Banner sur la route, vivant une vie de fugitif. Mais comme toujours, les événements feront que Hulk remontera à la surface, et les ennuis qui viennent avec lui. Mais Hulk est un fondateur des Avengers, un vengeur, et il rendra la justice, mais à sa façon. Un très bon premier run, bien dessiné par Joe Bennett. Et le chapitre trois, avec un dessinateur par témoin est une très bonne idée. Tout cela donne envie de lire la suite.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Marvel Dark - Le côté obscur

Tome 7 : The Punisher : Cauchemar

Auteurs
Rick Remender (Scénario)
Roland Boschi (Dessin)
Mick Bertilorenzi (Dessin)
Scott M. Gimple (Scénario)
Mark Texeira (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Collection
Le côté obscur
Format
240 pages
EAN
978-2-8094-9775-5
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

Deux parties dans ce tome, une mini série Punisher: In the blood (2011), et une seconde mini série Punisher: Nightmare (2013). Pour être sincère je ne suis pas un très grand fan de Punisher. Que ce soit dans ces apparitions dans les séries Spider-Man ou Daredevil, ou encore dans sa version intégrale qui n'aura duré que 6 numéros en France. Ni la maxi série en 12 chapitres de Garth Ennis, Steve Dillon et Jimmy Palmiotti (2000-20001) que j'ai lu dans la collection Hachette ne m'avait pas convaincu (peut-être les dessins de Steve Dillon ou les couleurs de Chris Sotomayor). C'est donc un peu à reculons que j'entamais la lecture de ce tome regroupant deux mini séries plus récentes. Je commence par la première mini série, scénarisée par Rick Remender, et dessinée et encrée par Roland Boschi, colorisée par Dan Brown. Même si les premières pages ne m'enchantent pas (certainement à cause de mon a priori), et si je manque un peu de background sur le personnage, rapidement je me fais prendre par l'histoire et les dessins. Je pensais voir du mal à terminer cette histoire et je me retrouve à la dévorer. Est-ce que c'est une bonne histoire? Un grand oui. Est-ce que c'est sombre? Oh que oui. Est-ce que c'est du bon Punisher? Je pense que oui. Est-ce que c'est accessible? Moyennement, mais ce n'est pas le plus important, et on finit par s'en sortir. Mais en un mot c'est une claque... et je me dis que c'est la mini série qui donne tout son intérêt à ce tome. Je repose le livre et j'attends deux jours avant de lire la suivante, persuadé qu'elle ne pourrait pas rivaliser avec la première. Elle est scénarisée par Scott M. Gimple, dessinée et encrée par Mark Texeira, et colorisée par Frank D'Armata. Et c'est une seconde claque. Là encore je ne décroche pas de l'histoire tant que je n'ai pas terminé. Ce qui m'a le plus scotché c'est les multiples narrations des pensées des personnages. Celle du Punisher, celles de Jake / Johnny et celle de Dubose. À chaque personne est associée une couleur, et cela nous permet simplement de nous y retrouver. Le scénario est classique mais bien exécuté, et c'est surtout la psychologie bien fouillée des personnages qui donne un grand plus à cette histoire. On peut comprendre, mais pas forcément accepter, les motivations de ceux-ci. En cela le blog de Jake / Johnny est un bon exemple. Rien n'est fait au hasard dans cette histoire, tout ce tiens. Y compris la descente en enfer de Jake / Johnny. Les dessins collent parfaitement à l'histoire et à son côté sombre, encore plus sombre que la première histoire. Je ne pensais pas qu'après la première histoire j'allais encore plus apprécier la seconde.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Marvel Dark - Le côté obscur

Tome 6 : Jessica Jones : Angle mort

Auteurs
Brian Michael Bendis (Scénario)
Michael Gaydos (Dessin)
Kelly Thompson (Scénario)
Mattia De Iulis (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Collection
Le côté obscur
Format
240 pages
EAN
978-2-8094-9774-8
Note moyenne
(4 votes)
Votre vote

Ce tome contient un arc de la série The Pulse (2017), la minisérie Angle Mort de 2020 et un numéro spécial de 2014. La première partie est donc l'arc Fear - La peur de la série The Pulse (2017) regroupant les numéros 11 à 14 de Brian Michael Bendis au scénario et Michael Gaydos aux dessins. On a plusieurs histoires dans ces quatre numéros. Celle de la naissance de Dani, la fille de Jessica Jones et Luke Cage, l'histoire de la déchéance d'un super-héros de seconde zone, D-Man avec Ben Urich, et enfin un flashback sur la rencontre de Jessica et Luke. Les trois histoires ont un point commun, la vie avec ses joies, ses douleurs, ses rencontres, ses déchéances. C'est magnifiquement mis en oeuvre par Bendis. L'édition ne rend pas hommage aux dessins de Gaydos qui sont très bon et bien adapté au personnage de Jessica. C'est dommage, mais pour ce prix on ne peut pas tout avoir. La deuxième partie est la minisérie Blind Spot - Angle Mort de Kelly Thompson au scénario et de Mattia De Iulis aux dessins. Les cinq premiers numéros de la minisérie nous permettent de découvir le côté enquêtrice privée de Jessica. Et je dois dire que j'aime beaucoup (cela me rappelle la très bonne série Netflix). Une personne tue des femmes connues, super-vilaines, super-héroines, ou femme ayant une forte personnalité et tue Jessica Jones. Mais elle surive à sa mort. Un bon scénario, assez bien mené, et qui permet de croisée des personnes que je ne connaissais pas forcément, comme Elsa Bloodstone. Côté dessins, c'est plaisant sans être extra-ordinaire, mais à un bon rendu sur cette édition. Le dernier numéro est une histoire séparée. Toujours scénarisé par Thompson mais dessiné par Marcio Takara. Et nous compte la préparation de l'anniversaire de Dani de façon humoristique. Cet épisode sert de prélude à la minisérie Jessica Jones: Purple Daughter - Jessica Jones : L’enfant Pourpre. Enfin l'épisode anniversaire où l'on retrouve Bendis et Gaydos, de neuf pages sont plus là pour remplir ce tome, et nous aurions pu nous en passer. Bref, un bon tome qui me donne franchement envie d'en lire plus sur Jessica Jones.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Le printemps des comics 2021

Tome 7 : Immortal Hulk : Ou bien est-ce les deux ?

Auteurs
Al Ewing (Scénario)
Joe Bennett (Dessin)
Paul Hornschemeier (Dessin)
Marguerite Sauvage (Dessin)
Garry Brown (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Format
136 pages
EAN
978-2-8094-9929-2
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

C'est le premier tome du run d'Al Ewing et Joe Bennett. J'aime bien Hulk, et en particulier la période Peter David. Ce run me faisait de l'oeil depuis un moment et j'ai profité de l'opération de Panini en ce mois de mai pour prendre le premier tome. Et j'ai bien fait. Le principe de base est que Hulk ne peut mourir contrairement à Bruce Banner. Et lorsque ce dernier meurt, la nuit venue Hulk renaît. On retrouve donc un Bruce Banner sur la route, vivant une vie de fugitif. Mais comme toujours, les événements feront que Hulk remontera à la surface, et les ennuis qui viennent avec lui. Mais Hulk est un fondateur des Avengers, un vengeur, et il rendra la justice, mais à sa façon. Un très bon premier run, bien dessiné par Joe Bennett. Et le chapitre trois, avec un dessinateur par témoin est une très bonne idée. Tout cela donne envie de lire la suite.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Le printemps des comics 2021

Tome 6 : Thanos : Thanos Gagne

Auteurs
Donny Cates (Scénario)
Geoffroy Shaw (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Format
144 pages
EAN
978-2-8094-9928-5
Note moyenne
(4 votes)
Votre vote

J'étais attiré par le scénariste Donny Cates (je n'avais rien lu de lui) alors que Thanos n'est pas l'un de mes personnages préférés. Le scénario est plus qu'intéressant. Thanos est envoyé dans le futur pour aider Thanos, qui pourtant semble avoir tout gagné. Il y a un paquet de bonnes idées, voir de très bonnes idées, le dernier Hérault de Galactus, le déchu, le but de ce voyage temporel. C'est bien mené, et cela respecte le personnage de Thanos. Tout cela avec une bonne dose d'humour et de dérision. Il n'est pas forcément nécessaire de connaître par coeur le bio de Thanos, tout est expliqué dans cet arc, presque tout le monde peut le lire. Côté dessin, rien à dire, c'est beau, c'est propre, c'est dynamique, c'est à la hauteur du Titan fou, on n'en prends pleins les yeux. Il manque un petit quelques choses qui en ferait un titre extrat. Mais c'est pas mal du tout. Ce n'est pas cela qui va me faire acheter un autre titre de Donny Cates, mais il reste encore Venom Rex... Mais pour 5.99 € cela vaut largement la peine.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Le printemps des comics 2021

Tome 2 : Venom : Rex

Auteurs
Ryan Stegman (Dessin)
Donny Cates (Scénario)
J.P. Mayer (Encrage)
Frank Martin (Couleurs)
Sophie Watine-Vievard (Traduction)
Christophe Semal (Lettrage)
Devin Lewis (Textes)
Nick Lowe (Textes)
C. B. Cebulski (Textes)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Format
152 pages
EAN
978-2-8094-9924-7
Note moyenne
(2 votes)
Votre vote

Il s'agit du premier arc du run Cates et de Stegman. Je suis allé un peu à reculons sur ce tome. Je ne suis pas un grand fan du personnage de Venom, même si je n'ai pas lu grand-chose sur lui, si ce n'est à travers toutes les histoires du symbiote depuis son apparition dans les guerres secrètes. Je ne connaissais pas non plus le travail de Donny Cates si ce n'est un autre tome du même scénariste Tanos - Gagne dans la même collection. Qui m'avait plu mais dans plus. De même je n'avais pas lu un seul comics (il me semble) dessiné par Ryan Stegman. Je partais donc vers l'inconnue. Et ce fut une très grande aventure. J'ai lu le tome d'une traite, et si la suite est du même niveau je vais continuer avec grand plaisir. Côté dessins, c'est impeccable. Nous avons un festival du double pages, de splash page terminant chaque chapitre. Un découpage en case qui est adapté à chaque fois à la narration. L'encrage de JP Mayer et les couleurs, tout en rouge, noir et blanc de Franck Martin donnent un résultat à la fois classique et dynamique. Les couleurs légèrement délavées utilisées pour les flashbacks de Rex Strickland donnent un ton vraiment bien adapté. Côté scénario l'édito présent au début du tome nous permet de nous remettre dans le bain. L'histoire qui commence comme une banale histoire de super-héros face à Jack O'lantern se transforme rapidement en un arc très intéressant. Eddy Brock, l'hôte du symbiote, a du mal à contrôler ce dernier qui se met à agir et parler de façon étrange... Je ne vous en dis pas plus mais sachez que cet arc va à 100 à l'heure, et qu'on y retrouve Miles Morales. 100% réussi pour ce tome de Venom qui m'a réconcilié avec ce personnage et m'a fait découvrir le temps de Donny Cates et celui de Ryan Stegman. Vivement que je puisse lire la suite.
Stéphane Kermabon
il y a 1 an

Le printemps des comics 2021

Tome 10 : Daredevil : Yellow

Auteurs
Jeph Loeb (Scénario)
Tim Sale (Dessin)
Édition
Panini Comics - 5 mai 2021
Format
152 pages
EAN
978-2-8094-9932-2
Note moyenne
(3 votes)
Votre vote

Donnons un peu de contexte. Il y a quatre ou cinq ans j'ai lu le Spider-Man - Bleu du même duo créatif, et cela ne m'avait pas plus marqué que cela. Ce n'était peut-être pas le bon moment pour le lire. Il y a quelques semaines j'ai enfin trouvé le titre Batman - un long Halloween du même duo créatif, pour pas très cher et je me suis régallé à la lecture de cette oeuvre. Chaque planche est une oeuvre d'art. Et le scénario, intéressant est maîtrisé de bout en bout. Une véritable suite à Batman - Année un où Batman est un détective. Bref c'est un titre incontournable du Batman. Quelques jours plus tard, lorsque j'ai vu que Panini allait proposer l'opération le printemps des comics j'ai décidé de faire une vidéo dessus. Sur les dix titres de cette opération, j'en avais lu cinq. Pour en parler dans la vidéo je les ai relus, et donc aussi le Spider-Man - Bleu encore une fois du même duo créatif. Et je l'ai trouvé bien meilleur qu'à ma première lecture (comme quoi parfois une seconde lecture est importante). Même si je le trouve un peu en dessous de leurs Batman. Et c'est donc avec un grand intérêt que j'ai acheté Daredevil - Jaune. Voilà pour le contexte. Et bien encore une fois Loeb et Sale m'ont enchanté. Le scénario est une copie de ce qu'il avait fait sur Spider-Man - Bleu. Loeb y raconte les débuts du personnage et sa rencontre avec l'amour de sa vie, en prenant la voix et les pensées du personnage. Peter Parker raconte comment il devient Spider-Man et tombe amoureux de Gwen Stacy, Matt Murdock raconte comment il devient Daredevil et tombe amoureux de Karen Page. La différence est dans la bonne idée de Loeb d'ajouter dans l'histoire la mort de Jack Mudock et la vengeance de Matt sur les assassins de son père. Et tout de suite cela donne un aspect moins sentimental à ce titre (contrairement à celui sur Spider-Man) et rend le récit bien meilleur. On retrouve parfaitement les jeunes Matt Murdock, Franklin "Foggy'" Nelson et Karen Page. Le trio est super bien caractérisé, et c'est un plaisir de les voir plus jeunes, plus naïf, moins sombre que par la suite de leurs aventures. Côté vilain j'ai adoré le Hibou, vraiment fantastique. C'est peut-être la première fois où graphiquement il me fait vraiment penser à son animal totem. Côté dessins, si vous ne connaissez pas Tim Sale vous allez être surpris. Je ne sais pas comment décrire son style. Il me fait penser à du Frank Miller mais en moins sombre dans l'encrage. Je trouve les planches incroyables. Cela me donne envie d'encadrer chacune d'elles pour les mettre sur les murs de mon bureau. Notons les couleurs de Matt Hollingworth, qui encore une fois fait un travail exceptionnel que ce soit dans les pages lumineuses ou plus sombres. Je pense que vous l'avez compris c'est pour moi un incontournable de Daredevil. Et pour le prix de 5.99 dans cette édition, foncez pauvres fous.
Protection des mineurs

Attention, la page que vous souhaitez consulter contient des visuels réservé aux personnes majeures.

En cliquant sur OUI, J'AI PLUS DE 18 ANS, vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

  • Je suis majeur et averti du caractère érotique des images sur cette page.
  • Je certifie ne pas le faire connaître à des mineurs et m'engage à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher un mineur d'utiliser mon ordinateur pour parvenir sur cette page.
  • Je décharge l'éditeur de ce site de toute responsabilité si un mineur vient à accéder sur ce site par négligence de ma part de quelque manière possible.
Connexion